Des parents ont investi le dernier conseil municipal. Ils ont sorti des affiches pour dire non à la fermeture de leurs école de quartier. Selon l’inspection académique, c’est un problème d’effectif en baisse qui menace la Bérione. Deux enfants manqueraient ainsi à l’appel. Les parents se sont vite mobilisés : pétition, banderole, affichage un peu partout dans la ville, ils ne veulent pas changer leurs enfants d’établissement à la rentrée prochaine.
La FCPE a très vite pris l’affaire en main. L’organisation des parents d’élèves dénonce une gestion houleuse de la politique éducative de la ville. Selon Francis Gabouleaud, administrateur départemental de la FCPE, environ 200 élèves seraient sur liste d’attente. A Argenteuil, la scolarisation des enfants se fait dès l’âge de trois ans, contre deux ans, dans la plupart des grandes villes. Du côté de la municipalité on tente d’apaiser les tensions. Le maire UMP Georges Mothron se dit prêt à rencontrer les parents d’élèves, mais reste ferme sur la fermeture de la Bérionne. Selon lui, le redéploiement des élèves permet de sauvegarder deux autres groupes scolaires, eux aussi menacés de fermeture pour cause d’effectif en baisse.
La FCPE du Val-d’Oise se réunira dans les jours prochains pour étudier un recours devant l’inspection académique.

Christophe Obry