A Enghien-les-Bains, la vidéo-surveillance est en fonction depuis les premiers jours de janvier 2007. 22 caméras ont été installées sur la ville. Elles sont positionnées en hauteur, accrochés sur des mâts.
Elles surveillent le centre-ville, les abords de la gare, du casino, du collège et les parkings.
Une dizaine de caméras ont été équipées d’un programme de détection du mouvement ; elles peuvent ainsi surveiller à 360 degrés. La fonction zoom, elle, rend possible l’identification d’une plaque d’immatriculation. Mais pas question de zoomer sur les habitations. Loi oblige. De toute façon, le système ne le permet pas.
La délinquance à Enghien-les-Bains n’a pas particulièrement progressé. Les actes délictueux sont au nombre de 1300 pour 11000 habitants. Le maire compte sur l’effet dissuasif des caméras pour faire reculer « une délinquance importée ». La ville thermale triple voire quadruple sa population le week-end.
Courant 2007, le nombre de caméras sera porté à 33. Coût de l’opération : 680 000 euros. Le Conseil général du Val-d’Oise a participé à hauteur de 200000 euros. Un soutien qui a pour conséquence la multiplication des projets de vidéo-surveillance sur le Val-d’Oise. A Ermont et Argenteuil, des dossiers sont en cours. Plus avancé : la communauté de communes de la Vallée de Montmorency, qui regroupe 8 villes, ouvre son réseau début février. A terme, ces communes voisines d’Enghien-les-Bains, disposeront de 94 caméras.

Olivier ZANETTA