Depuis quelques mois, l’église Saint-Geneviève de Puiseux-en-France s’offre une cure de jouvence. Une Goussainvilloise, Nadia Blanchon, a élu domicile dans l’édifice religieux du Village et y restaure les œuvres.

Cette grande brune aux yeux verts s’est ainsi attaquée à un énorme tableau réalisé par un artiste florentin au début du XVIIIe siècle.
Pourtant en piteux état, la peinture a retrouvé sa couleur et son lustre d’antan grâce au lifting de Nadia. Les visiteurs peuvent  à nouveau admirer l’œuvre représentant une scène de la Résurrection du Christ. « Avant la restauration, on ne pouvait même pas lire les inscriptions et il était même difficile de distinguer les personnages », se souvient cette employée à temps partiel d’un cabinet juridique qui met bénévolement sa contribution au service des églises du Val-d’Oise et demande seulement le remboursement de son matériel.

Ouvrir son atelier

Car cette parisienne de naissance est loin d’être une novice. Elle a déjà réalisé des travaux similaires dans les églises du Thillay et de Bouqueval et restaure régulièrement des tableaux pour des antiquaires ou encore des galeristes.
Âgée de 49 ans, elle suit des cours de conservation et de restauration depuis qu’elle en a quatorze et souhaite ouvrir son propre atelier contre l’avis de son père qui refusait qu’elle exerce « un métier de crève-la-faim ». Pour redonner vie à la peinture de l’église Sainte-Geneviève, Nadia, dont le prénom dénote des origines polonaises, a consacré « cinq cents heures » de son temps.  Elle a donc eu tout le loisir d’étudier l’œuvre sous toutes ses coutures. « Il suffit de concentrer un instant son attention sur un fragment de la scène de ce tableau grandiose pour voir apparaître les exceptionnelles qualités de l’artiste qui confèrent un naturel surprenant à l’ensemble aussi bien qu’à chaque détail », analyse la restauratrice qui avait d’ailleurs animé une conférence lors des journées du patrimoine.
Après avoir achevé la restauration, il lui reste encore du pain sur la planche. Nadia travaille sur deux autres tableaux à Puiseux et espère pouvoir dispenser ses soins dans d’autres églises du Val-d’Oise.

Ludovic LUPPINO