« Je ne suis pas là pour faire carrière. Je suis là pour travailler pour 5 ans. Je suis fier d’être député », déclare Yanick Paternotte.

Réunis autour de militants enthousiastes, rassemblés dans sa permanence du Thillay, les premier mots du candidat vont à sa famille : « Ma première pensée va à ma femme et nos deux filles qui ont beaucoup souffert pendant cette campagne », déclare Yanick Paternotte. Il a ensuite une phrase pour les habitants de sa commune de Sannois située à une vingtaine de kilomètres de la circonscription : « J’ai une pensée pour les Sannoisiens qui m’ont fait connaître. Je veux devenir le député du pôle de Roissy, c’est le défi que nous avons à relever ».
Le 1er vice-président du Conseil général du Val-d’Oise l’a emporté de 293 voix. « Tout est possible comme le dit Nicolas Sarkozy », a lancé le nouveau député regardant déjà vers 2008. « Il faut remporter la bataille des municipales sur la 9e circonscription ». Visée notamment Gonesse la commune de son adversaire malheureux. Avant les municipales, une autre élection se profile : une cantonale partielle. Le député UMP devrait, en effet, abandonnerson siège au Conseil général.

OZ. Avec Christophe Obry