« Le développement durable ne saurait se contenter d’une simple charte », déclare Jean-Pierre Blazy suite à l’annonce par Nicolas SARKOZY de la signature dans un an d’une charte pour le développement durable de Roissy – CDG.

« Dans la négociation qui s’engagera les riverains et leurs élus seront particulièrement attentifs à ce que les questions de fond ne soient pas éludées, annonce le maire PS de Gonesse. Si des engagements ne sont pas pris sur le plafonnement du trafic, le couvre-feu la nuit et la réalisation d’un troisième aéroport, cette charte sera une nouvelle fois l’arbre des discours et des bonnes intentions qui cache la forêt des nuisances sonores. »

Dans un autre communiqué signé cette fois pat l’Association Ville Aéroport, que préside M. Blazy se dernier rappelle que « le rapport de la mission parlementaire présidée par le député François-Michel GONNOT de juillet 2003 proposait déjà dans ses conclusions et comme premier objectif la nécessité d’un vrai contrat de développement durable entre l’Etat et l’Ile de France. Face au constat d’une situation jugée « explosive » autour de Roissy, à la crise de confiance constatée entre les riverains et les responsables politiques, les parlementaires proposaient la nomination d’un délégué interministériel chargé d’animer ce contrat pour l’Etat. S’agissant des collectivités locales, la région Ile de France devait jouer le rôle d’autorité « chef de file » en la matière. »

Ville et Aéroport regrette que « rien n’ait été fait pour l’élaboration d’un tel contrat pourtant indispensable à l’amélioration du dialogue et de la transparence entre l’Etat, les riverains, les autorités aéroportuaires et les élus locaux. »

Ville et Aéroport entend participer « activement » aux travaux de rédaction de cette Charte qui doit déterminer selon elle «  un plafond absolu de développement de l’aéroport sur la base du nombre de mouvements annuel, la mise en place d’un couvre-feu entre 0h et 5h et une décroissance progressive du trafic entre 22h et 0h et entre 5h et 6h en fixant le seuil de bruit à 80dB(A), le transfert d’activité de fret et notamment de fret express sur l’aéroport de Vatry, l’harmonisation du Plan d’Exposition au Bruit et du Plan de Gêne Sonore de l’aéroport. »

Pour l’association, la création d’un 3e aéroport dans le grand bassin parisien reste l’objectif ultime à atteindre : « Naturellement, l’élaboration de cette Charte et ses mesures immédiates ne saurait occulter la décision urgente d’un troisième aéroport situé dans le grand Bassin Parisien et conçu comme un bipôle ou complément d’infrastructure à Roissy CDG. »   

Ville et Aéroport considère que « le temps est désormais venu de penser un système aéroportuaire francilien équilibré dans son ensemble autour de Roissy-Orly-Le Bourget-Vatry- le « 3ème aéroport » afin de préserver à la fois le dynamisme économique de ce secteur d’activité créateur d’emplois et de richesses, et la qualité de vie des populations riveraines (500 000 franciliens) et survolées (2,5 millions de franciliens). »