Le député de Sarcelles est pressenti pour occuper le siège de président du Fonds Monétaire International. L’UE soutient l’ancien ministre des Finances, qui a confirmé qu’il était candidat au poste.

Le Président de la République avait rendu public son soutien au député du Val-d’Oise par une interview au Journal du Dimanche. "Je veux que Dominique Strauss-Kahn soit le candidat de la France à la direction générale du FMI parce qu’il m’a paru être le plus apte à ce poste", y déclare le chef de l’Etat.

"J’ai déjà présenté sa candidature à Zapatero, à Prodi, à Gordon Brown, à Bush… Je sais que c’est un poste très convoité. Pour obtenir ce poste, il faut avoir une forte crédibilité, une expérience incontestable, être polyglotte, Dominique Strauss Kahn a ces qualités", a ajoute-t-il.

L’idée vient en fait de Jean-Claude Juncker, Angela Merkel et Romano Prodi, les premiers à émettre l’hypothèse DSK pour diriger le FMI, reprise ensuite par Nicolas Sarkozy. 

Paris souhaite récupérer le poste de la direction général du FMI – traditionnellement réservé à un Européen –, vacant depuis la démission de l’Espagnol Rodrigo Rato. Sa succession sera évoquée en début de semaine lors des réunions de l’Eurogroupe (ministres des finances des treize pays de la zone euro) et de l’Ecofin (ministres de l’économie et des finances de l’UE).

F.C. avec OZ