Nommé à Washington, Dominique Strauss-Kahn va devoir abandonner son mandat de député. Une élection législative partielle est inévitable, et déjà les candidats se bousculent.

Dominique Strauss-Kahn a été nommé sans surprise directeur du Fonds monétaire international (FMI) vendredi 28 septembre. Les 24 membres du conseil d’administration l’ont préféré à son concurrent, le Tchèque Josef Tosovsky. Soutenu notamment par l’Europe et les Etats-Unis, le député de Garges-Sarcelles était donné grand favori.

Son départ à Washington va faire bouger la situation politique dans la 8e circonscription du Val-d’Oise. Son mandat de parlementaire étant incompatible avec ses nouvelles fonctions, DSK va devoir abandonner son fauteuil à l’Assemblée nationale. Selon le code électoral, une élection législative partielle doit avoir lieu dans les trois mois à compter de sa démission.

Le maire de Sarcelles François Pupponi a déjà déclaré qu’il était candidat à l’investiture socialiste. À gauche, il pourrait y avoir d’autres candidats, le vice-président du Conseil régional et conseiller municipal de Sarcelles Francis Parny (PCF) ayant déjà affirmé qu’il se présenterait.

À droite, le suspens reste entier. Qui de Sylvie Noachovitch ou Nelly Olin, dont le nom circule, obtiendra l’investiture de l’UMP ? Du côté du MoDem, le journaliste de l’AFP Jean-Michel Cadiot, déjà candidat en juin dernier, souhaiterait y retourner.

Reste que Dominique Strauss-Kahn n’aura pas seulement à abandonner sa place à l’Assemblée nationale. L’élu aux multiples casquettes devra aussi céder ses mandats de Premier adjoint de Sarcelles et de président de la Communauté d’agglomération Val-de France. Son siège de premier adjoint en mairie de Sarcelles doit revenir à Isabelle Beressi, aujourd’hui conseillère municipale déléguée aux finances. De son côté, le maire de Villiers-le-Bel Didier Vaillant apparaît en bonne place pour reprendre la Communauté.

Ludovic Luppino
L’écho régional