Le président du groupe PS au Conseil général, élu à Sarcelles, a écrit aux militants socialistes pour leur expliquer sa décision d’entrer en concurrence avec le maire PS sortant François Pupponi… sans jamais évoquer son nom.

 « Je suis candidat car le retrait de Dominique Strauss-Kahn de la politique nationale et locale pour cinq années et les résultats des récents scrutins sur notre ville nous appellent à la vigilance », écrit Didier Arnal qui fait le souhait d’un débat avec les militants.

Le conseiller général de Sarcelles Sud-Ouest se présente pour porter un projet, il se présente aussi clairement contre François Pupponi : « il convient de lever les interrogations de nombreux Sarcellois sur les décisions insuffisamment mûries et pas assez partagées. Cette opacité dans le processus de décision ne permet pas d’associer et d’impliquer militants et Sarcellois. Nombreux sont des électeurs de gauche, une partie du personnel municipal, pour le moins réservés à l’égard de la politique municipale sur certains dossiers »

Didier Arnal et François Pupponi sont, de notoriété publique, en froid depuis plusieurs années. Joints tous les deux au téléphone, ils ont cette même phrase en substance  lorsqu’on leur demande ce qui les oppose : « un désaccord de fond et de forme, on n’a pas la même vision des choses ».

Les militants de la section socialiste de Sarcelles seront appelés à voter vers la mi-octobre.

Olivier ZANETTA