Après plus de 25 ans de vie politique, le maire de Presles raccroche. Il l’avait déjà annoncé à ses habitants en mars dernier, présentant alors son successeur, Pierre Bemels jusque-là premier adjoint. « J’y réfléchis déjà depuis plus d’un an mais il est temps de me retirer après quatre mandats et un bilan plutôt positif pour les Preslois et la commune », explique Régis Humbert.

Attaché à l’UMP, le « dauphin » de l’édile présentera en mars prochain une liste « d’intérêt municipal ».  « Ce sera une équipe composée à partie égale de femmes et d’hommes, expérimentés mais aussi renouvelée, marquée par une volonté très forte de mettre au service de la commune, les compétences de chacun », annonce Pierre Bemels.

Pierre Bemels et Régis Humbert


À 58 ans, ce cadre du groupe Société Générale parle d’ouverture. Il semble avoir toutes ses chances de succéder à Régis Humbert élu en 2001 à 72 %. L’équipe en place avait alors brigué 24 sièges sur 27, laissant une place au Verts, une aux socialistes et une dernière à une communiste.

Si le programme de Pierre Bemels n’est pas encore clairement affiché, il se dit sensible aux questions d’environnement, de sécurité et veut réconcilier les différentes générations.

Régis Humbert quitte définitivement la vie politique et prévient qu’il ne reviendra pas en mairie. « Il est temps pour moi de faire autre chose, peut-être ailleurs », précise-t-il. 

La course a commencé dans le petit village de Presles qui compte 4000 habitants et environ 2600 électeurs.

À lire dans L’Écho le Régional du mercredi 17 octobre.

Nicolas BRIARD