Le conseiller général Hussein Mokhtari, candidat PS aux municipales de 2008, voit dans ce scrutin l’occasion historique pour les socialistes de remporter pour la première fois de leur histoire la ville de Garges-lès-Gonesse. Il peut profiter d’une division de la droite locale.

 Au PS, la campagne des municipales a déjà commencé. « Nous sommes prêts », déclare Hussein Mokhtari. Cette pugnacité, le candidat socialiste la doit à son investiture du 25 octobre dernier.
S’il était le seul prétendant pour le PS à briguer le fauteuil de la mairie
en mars prochain, du côté de la droite, les choses semblent plus compliquées où deux listes devraient voir le jour. L’entente impossible entre le maire actuel Maurice Lefèvre (UMP) et le conseiller général Michel Montaldo (UMP) pourrait profiter à Hussein Mokhtari. « Actuellement, la droite n’a pas de chef. Plus elle se divise, et plus cela est favorable pour faire basculer la ville à gauche " commente Hussein Mokhtari.

A 45 ans, Hussein Mokhtari, cadre à la RATP, a toujours vécu à Garges-lès-Gonesse. Dans l’opposition municipales depuis 2001, il a été élu conseiller général sur la partie est de la commune en 2004. « Je me sens proche de tous les Gargeois. De plus, j’ai le soutien de tous les grands élus de gauche de notre territoire, à commencer par Dominique Strauss Kahn. Mon but est de mobiliser toutes les forces vives de la ville, sans oublier les jeunes », analyse celui qui concourra d’abord à l’élection législative de décembre. Il se présente comme suppléant de François Pupponi, le maire de Sarcelles, sur la 8e circonscription.

Pour les municipales, Hussein Mokhtari refuse l’excès de confiance. De la participation des électeurs dépend le réultat du scrutin. « Au moins 50% de l’électorat de gauche devra se rendre aux urnes pour espérer l’emporter », prévient-il.

Christophe OBRY