C’est une affaire vieille de 12 ans pour laquelle François Scellier, l’actuel député UMP et président du Conseil général du Val-d’Oise, a été jugé coupable de délit de favoritisme. A l’époque des faits, il était maire de Saint-Gratien.

 Montrées du doigt : les procédures d’attribution des marchés publics de l’extension d’une école de la commune. L’élu est mis en cause par l’ancien directeur des services techniques. Il est soupçonné d’avoir favorisé les architectes ayant décroché la maîtrise d’oeuvre. François Scellier s’en est toujours défendu, plaidant un oubli dans la procédure.

L’élu a donc été jugé coupable, mais le tribunal a toutefois prononcé une dispense de peine à son égard . Le tribunal s’est aligné sur le procureur qui, à l’audience, avait estimé les faits anciens et constaté que le trouble résultant de ceux-ci avait cessé. La condamnation ne sera donc pas inscrite au casier judiciaire de l’actuel député UMP et président du Conseil général du Val-d’Oise.

O.Z.