Samedi après-midi, Ibrahim, 20 ans, a poignardé son frère aîné Fodie, 24 ans, au cours d’une bagarre dans leur domicile. Ce dernier est décédé sur place quelques minutes plus tard.

Ils avaient pour habitude de se disputer selon un de leurs amis. Mais jamais personne n’avait imaginé que les choses aillent aussi loin.
Alors qu’une nouvelle bagarre avait éclaté entre les deux frères samedi après-midi, Ibrahim, 20 ans, s’est emparé d’un couteau avec lequel il a poignardé Fodie, de quatre ans son aîné. Touché au thorax, ce dernier est décédé une demi-heure plus tard dans leur domicile familial de la rue Camille-Claudel à Deuil-la-Barre, dans le quartier de la Galathée.

Poignardé au cœur

Il était aux alentours de 14 h 30 samedi quand les secours reçoivent un appel d’une jeune fille, probablement la petite sœur, leur signalant un blessé par arme blanche. Arrivés sur place, les pompiers et l’équipe du SAMU trouvent Fodie, baignant dans son sang, poignardé au niveau du cœur. Dans un état critique, ils  lui prodiguent des soins intensifs, en vain. Le jeune homme de      24 ans décédait finalement vers 15 heures.

Auteur du coup de couteau mortel, Ibrahim a été interpellé par les policiers.  Placé en garde à vue, il devait être présenté au parquet de Pontoise lundi soir, ainsi qu’au juge de liberté et de la détention.

Alors que le climat était très tendu samedi soir aux abords du quartier de la Galathée, où les groupes de jeunes se rassemblaient devant le domicile de la victime, rien ne laissait présager lundi matin du drame survenu deux jours plus tôt. Dans la rue Camille-Claudel où sont accolées des maisons de deux étages de couleur saumon, les voisins préfèrent d’ailleurs garder le silence.

Seul un jeune homme tout juste réveillé accepte de parler de la victime et de son frère. « Je les connais bien, j’ai pratiquement le même âge que le plus jeune. Son grand frère avait un fond génial, il m’a tout montré quand je suis arrivé ici, et m’a toujours aidé quand j’avais des problèmes. »

« Il me disait parfois qu’il n’en pouvait plus »

La voix parfois tremblante et les yeux humides, Olivier* lâche dans un soupir « c’est dur, il était super gentil. » Le jeune homme a découvert l’incident en rentrant chez lui samedi soir vers 20 heures. « Quand je suis rentré il y avait tous les voisins devant la maison ainsi que la police. Tout le monde se connaît dans le quartier. Quand ma mère m’a appris la nouvelle, ça a été un choc. »

Lui non plus ne comprend pas ce qui a pu se passer ce samedi après-midi. Pourquoi Ibrahim en est-il arrivé à porter ce coup fatal à Fodie ? Olivier explique que les deux frères « se bagarraient souvent, mais pour des choses banales. Il n’y avait rien d’extraordinaire, ils n’ont jamais utilisé d’arme, et la police n’a jamais eu à intervenir. C’était des disputes, entre frère comme on en voit dans toutes les familles. Jamais je n’aurais pensé qu’ils en arriveraient là. »
Le jeune homme concède toutefois que le plus jeune lui « disait parfois qu’il n’en pouvait plus, car il ne supportait ses problèmes. » Des problèmes pourtant anodins selon ce dernier :  « des petites historie lors de soirées entre jeunes, à cause de l’alcool. Certains ont du mal à encaisser. Vraiment il n’y avait rien de méchant. »

Alors pourquoi cette fois-ci l’altercation, dont on ne connaît pas la raison, a tourné au drame ? Les enquêteurs de la police judiciaire (PJ) à qui l’affaire a été confiée se réservaient de tout commentire lundi soir.

Thomas HOFFMANN
L’Echo Régional

* le prénom a été modifié