Philippe Soulié, caviste depuis sept ans veut refaire parler d’une certaine manière de célébrer le Beaujolais, loin des vins technologiques et standardisés  habituellement vendus à cette époque. « Les affichettes sont des appels marketing, tout comme les levures aromatiques qui donnent au vin un goût de banane ou de fraise de façon à appâter le client ».

« Lassés par les offres commerciales »

 Cette année, vendredi 17 novembre à partir de 20 h 30, le passionné organise dans sa cave, une Nuit du Beaujolais, un ode à la convivialité et à la tradition. « Les gens sont lassés par les offres commerciales liées à ce vin. Je suis un ambassadeur des régions viticoles. Je revendique la tradition du Beaujolais nouveau ». Philippe Soulié est parti à la pêche aux souvenirs auprès de ses collègues. « Dans les années 80-90, tout le monde attendait le Beaujolais et il durait plusieurs mois. Aujourd’hui c’est éphémère ». La Nuit que prépare le caviste sera donc sous les augures de la fête, pour en revenir aux traditions d’antan. « Autour d’un mâchon lyonnais, il y aura le Beaujolais nouveau et de grands crus de la région Beaujolais ».
L’essentiel est avant tout de découvrir une région viticole dont on ne parle qu’en novembre. Pour l’occasion, Philippe Soulié sortira également son confidentiel Beaujolais blanc.
Une belle initiative pour susciter l’intérêt pour un  vin « gouleyant, fruité et sans additif », jubile le caviste qui ne cesse de recevoir des caisses en vue de la Nuit du vendredi 17 novembre.

C. M.
Soirée aux Caves d’Enghien,
30 boulevard d’Ormesson.
Rens : 01 34 17 59 18
ou 06 16 57 33 74
caves-enghien@9business.fr
Tarif : 15 euros

Echo Régional du 14 novembre 2007