Francis Delattre, maire de Franconville, ancien député, a décidé de miser sur le vélo dans la commune. Le chantier de réaménagement de la rue du Général-Leclerc, qui devrait s’achever dans un mois, va permettre de séparer et de sécuriser les circulations des voitures, des piétons, des deux roues et de l’ensemble des riverains grâce à la réduction de la circulation principale à une voie dans chaque sens et à l’aménagement d’une contre-allée. En outre, des arbres à racines horizontales seront rapidement replantés. L’opération est financée par le Conseil général.

Nouveaux arbres

Les cyclistes devaient ainsi pouvoir mieux circuler dans s le centre ville et vers la gare. Car la construction de deux voies en souterrain à la place des passages à niveau rend évidemment plus difficile l’accès à la gare, dont la capacité de parkings est par ailleurs limitée.

Parking à vélos gardé

D’où le projet de création, comme aux Pays-Bas, d’un parking à vélos, gardé. « Ce parking aura une capacité de 500 vélos, assure Francis Delattre. Il répondra mieux à l’attractivité de la gare qui reçoit 4 trains supplémentaires aux heures de pointe, avec un passage de quai à quai à Ermont-Eaubonne pour rejoindre Paris-Saint-Lazare, ce qui est beaucoup plus pratique ».

On se souvient que le précédent préfet, Christian Leyrit, avait ordonné la fermeture définitive des passages à niveau à la veille de l’augmentation du trafic SNCF : aux heures de pointe, ces barrières auraient été fermées 50 minutes par heure, ce qui rendait la circulation (mais aussi la sécurité des piétons) « ingérable ».

Outre un afflux d’utilisateurs de « 2 roues », la nouvelle gare va entraîner une reconfiguration du trafic d’autobus. La Communauté d’agglomération a négocié avec les Cars Lacroix un nouveau service vers la gare à partir du Plessis-Bouchard, avec des arrêts tous les 300 à 400 mètres au lieu de 700 mètres précédemment. Une troisième ligne, agréée par la Région (et permettant donc l’utilisation de la Carte Orange) améliorera notamment la liaison de la gare avec les quartiers Nord du Plessis-Bouchard.
Aujourd’hui la gare accueille 7 000 voyageurs par jour malgré les nombreux inconvénients générés par les travaux. La SNCF s’est engagée à moderniser ses bâtiments.

À noter enfin le projet d’une supérette aux abords de la gare pour rendre le quartier encore plus attractif pour les piétons « Le tout bagnole, c’est fini, et nous avons voulu prévoir l’urbanisme de Franconville en conséquence », assure le maire

J.-F. D.
Echo Régional du 14 novembre 2007