À Deuil, on attendait la Maison de la petite enfance avec impatience. Quatorze mois de travaux ont été nécessaires pour faire éclore le bâtiment de 1502 m2 au milieu du parc de la Galathée. Rue du Camp, tous les services dédiés à l’enfant sont désormais regroupés au sein d’une même structure.

« La Galathée n’est pas le Bronx »

Parti-pris sociologique de la municipalité : intégrer la maison dans un quartier sensible. « Je voulais que l’équipement soit au cœur d’un quartier stigmatisé pour en rehausser la qualité », explique Jean-Claude Noyer, maire de la commune En venant ici déposer leurs enfants, les Deuillois « verront que la Galathée n’est pas le Bronx », se félicite l’édile qui démarre donc le programme de rénovation urbaine du quartier sous de bons-augures. En effet, financée à 74%, la nouvelle structure a bénéficié d’une subvention supplémentaire accordée par l’Agence nationale de rénovation urbaine (Anru). Crèche familiale, halte garderie,  relais assistantes maternelles, lieu d’accueil parents enfants et centre de protection maternelle infantile.   « Chaque structure d’accueil a son identité propre et son autonomie, rappelle Sandrine Davis, coordinatrice de la Maison de la petite enfance. Il nous sera plus facile de travailler ensemble, ou de regrouper les enfants par tranche d’âge ». Mais la Maison de l’enfance c’est surtout la création d’une crèche collective municipale, jusqu’alors inexistante sur la commune. Ainsi, quarante enfants de dix semaines à quatre ans sont accueillis dans ce nouvel espace. Au total, plus de deux cents enfants passent à la Maison de l’enfance chaque jour, sans compter le relais assistante maternelle qui a pour but de valoriser l’accueil à domicile et favoriser les rencontres entre assistantes et parents. Vingt-quatre nouveaux emplois ont été créés depuis l’ouverture de la structure, lundi dernier, en complément des 84 déjà existants. Au centre du bâtiment, un patio est dédié aux activités collectives en plein air.

Création d’une crèche collective municipale

Les anciennes structures éparpillées dans la ville vont changer avec le déménagement. Rue Eugène Lamarre, la halte garderie et le centre de protection infantile seront détruits. Les locaux qui accueillaient le relais assistantes maternelles seront confiés à une association qui fait de l’aide aux devoirs.
La réalisation de cette Maison de la petite enfance s’inscrit dans le projet du Conseil général Horizon 2015, qui s’est fixé quatorze objectifs visant à améliorer la vie dans le département. Parmi eux : Faciliter la vie des familles et développer les services de proximité.

Caroline MONTSARRAT
Echo régional du 14 novembre 2007