Un projet colossal de 35 000 m2. Toujours en phase d’études aujourd’hui, cette extension soulève des réactions de la part des commerçants de l’agglomération. D’autres problèmes internes au centre commercial émergent, comme la rumeur de départ de l’enseigne Auchan. Le débat sur la mort du commerce de proximité est relancé. Mais sur la mort des 3 Fontaines aussi…

Les commerçants montrent les crocs

Ce n’est que maintenant que les commerçants cergypontains entrent en guerre contre l’extension du centre. Un retard qu’ils regrettent mais la mise en place de leur mouvement fut quelque peu difficile. Emmenés par Lionel Roux, fleuriste à Osny, une petite dizaine d’entre eux a décidé de se regrouper en association. Loin du succès escompté, le futur président de l’association analyse la situation : « Nous sommes allés voir cent trente commerçants dans toute l’agglo, nous leur avons remis une lettre les invitant à venir à une réunion. Ce fut un échec. Après ce coup de blues, nous avons décidé de ne pas baisser les bras tant que les travaux n’ont pas commencé ».

En fin de semaine dernière, les membres de L’association pour le droit de vivre des artisans et des commerçants ont déposé leur dossier en préfecture. Ils vont alors retourner voir les commerçants cergypontains pour leur faire signer une pétition qu’ils présenteront aux élus.

Une détermination qui épargne curieusement l’Oseraie à Osny.
Au revoir Auchan ?

Du côté de l’agglomération, Dominique Lefebvre, son président, ne pense pas que l’extension des Trois Fontaines signe l’arrêt de mort du commerce de proximité, au contraire.

« Les fleuristes par exemple n’ont rien à craindre, il n’y en aura pas dans le nouveau centre. Clairement, il n’y a pas de doublon entre les commerces des centres villes et ceux du centre commercial. Ce n’est pas l’installation d’un Gap ou des Galeries Lafayette qui va étouffer le commerce de proximité ».
Ce qui inquiète aujourd’hui le président de l’agglo est un possible départ de l’enseigne Auchan, pas assez rentable aux Trois Fontaines. L’hypermarché de Cergy tient la palme du panier moyen le plus bas de France. Le groupe Auchan aurait suggéré l’installation d’un supermarché Atac à sa place, pour mieux coller au public de l’agglomération. Cela a le don d’agacer Dominique Lefebvre : « C’est comme à Saint-Christophe, on est passé d’un Monoprix à un Leader Price. Je pense au contraire qu’Auchan devrait relever sa gamme pour garder les clients de l’agglo et attirer davantage de clients à plus fort pouvoir d’achat. Aujourd’hui, lorsqu’on entre dans le magasin, on n’a pas forcément envie d’y faire ses courses. De toute façon, Auchan a aussi besoin d’un coup de jeune. Et c’est prévu dans les travaux ».

Rester attractif
Le président de l’agglomération veut absolument faire face aux autres centres commerciaux qui s’étendent aussi, comme à Parinor : « Il faut avoir un regard lucide, dans l’état actuel des choses, les Trois Fontaines n’attirent plus. L’arrivée de nouvelles enseignes nous permettra de garder les clients cergypontains. Ils n’auront plus le réflexe d’aller à la Défense ou à Paris Nord 2 pour trouver ce dont ils ont besoin ».
Il est clair que le centre cergyssois n’est plus de première jeunesse. Les 65 000 m2 actuels doivent être rénovés et surtout, l’accès au centre doit être changé. Il va falloir jongler avec le code routier qui interdit qu’une sortie d’autoroute donne directement dans un centre commercial. Les abords des Trois Fontaines vont également devoir être revus. L’ouverture au public n’est prévue qu’entre 2012 et 2014, si tout va bien. Mais rien n’est moins sûr si Hammerson se décourage…

Agata MADENSKA
Echo Régional du 14 novembre 20074