Jeudi matin, des collégiens et leur enseignant ont été renversés par un véhicule alors qu’ils se rendaient à un cours de sport. Par chance, les six victimes n’ont été que légèrement blessées.

Il était 8 h 30 jeudi, quand les élèves d’une classe de 6e du collège Jean-Vilard à Herblay, quittent l’établissement pour leur cours de sport. Accompagné de leur professeur, ils se dirigent vers le gymnase des Naquettes situé quelques rues plus loin, un trajet qu’empruntent tous les collégiens régulièrement.
Mais ce matin, alors qu’ils empruntent la rue de Conflans où se situe le gymnase, le groupe se trouve bloqué par trois véhicules stationnés sur le trottoir. Les élèves et leur professeur sont contraints de descendre sur la chaussée. C’est alors qu’arrive un automobiliste au volant d’une Peugeot 206. N’ayant pas vu les piétons descendre du trottoir, il fauche Rémi, l’enseignant de 26 ans, qui ouvrait la marche, ainsi que cinq élèves, trois garçons et deux jeune filles, âgés de 11 à 12 ans.

Il fait un vol plané et s’écrase contre le pare-brise

Selon les premiers témoignages de l’enquête, le conducteur aurait d’abord heurté le professeur qui a fait un vol plané avant de lourdement retombé contre le pare-brise du véhicule qui garde les traces du choc. Il a ensuite fauché les élèves.
Arrivés sur les lieux, des médecins du SAMU d’Argenteuil et les pompiers examinent les blessés. Ces derniers se plaignent de douleurs aux jambes, mais également au dos et à la tête. Des traumatismes toutefois légers. Un miracle au vu du choc. Les six victimes sont transportées au centre hospitalier d’Argenteuil pour subir des examens approfondis. Les élèves et leur professeur ont pu rentrer chez eux dans l’après-midi.

Le conducteur de la Peugeot 206 était également conduit à l’hôpital, mais pour effectuer des examens différents. Samir, 26 ans, a passé un contrôle d’alcoolémie, qui s’est révélé négatif, ainsi qu’un dépistage de stupéfiants dont les résultas ne sont pas encore connus. Originaire d’Herblay, il a été placé en garde à vue.

Thomas HOFFMANN
L’Echo Régional