Le GIE (groupement d’intérêt économique) des Parcs d’activités de Saint-Ouen-l’Aumône lance une campagne de communication sur le covoiturage à destination des employés. Une solution nécessaire pour pallier un manque cruel de transport en commun.

Le covoiturage, c’est LA solution ! Le directeur du GIE des parcs d’activités de Saint-Ouen-l’Aumône, Michel Mélé, en est convaincu. Il n’a pas beaucoup d’autres solutions que de miser sur cette pratique tant les transports en commun au sein des parcs sont manquants. C’est en période de grève que le directeur a lancé sa campagne de communication autour du covoiturage. Un hasard qui rend tout de même l’information beaucoup plus percutante auprès des employés.

Manque de transport

Le point de départ de l’idée de covoiturage dans les parcs d’activité vient du manque de bus. « Au début, c’était une manière de combler les difficultés de desserte des parcs en heure creuse. Nous avons longuement discuté avec le Stivo qui gère les lignes de bus pour avoir des dessertes plus régulières. En dehors des heures d’affluence, il est quasiment impossible de venir ici en transport. Malheureusement, pour être rentable, une ligne doit être remplie à 50 % sur chaque bus. L’installation d’une ligne coûte 150 000 euros. C’est sûr que le Stivo a été réticent car à chaque fois que nous avons effectué des tests en heure creuse, il n’y avait que deux ou trois personnes dans le bus », explique Michel Mélé.

Pourtant, ces deux ou trois personnes doivent trouver une solution pour venir travailler. De nombreux emplois dans les parcs sont en horaires décalés, en 3X8 ou 2X8, pour lesquels il est difficile d’accéder aux parcs. « Nous n’avons pas la chance des Beaux Soleils ou de Saint-Christophe qui sont desservis grâce à la présence d’habitations autour » regrette Michel Mélé.

Alors depuis le début de l’année avec ses équipes, ils ont décidé de travailler à un service de covoiturage. Après plusieurs mois de réflexion, le projet aboutit. Aujourd’hui un site internet permet aux employés de s’inscrire pour proposer ses services ou chercher une voiture pour vous emmener au travail. L’adhésion au service coûte 16 euros par an pour les automobilistes, ce qui est très accessible.

1 500 euros d’économie par an

Plus de 60 % des employés des parcs d’activités de Saint-Ouen-l’Aumône habitent dans l’agglomération de Cergy-Pontoise. Un système de covoiturage était donc plus simple à mettre place. C’est à ces usagers que s’adresse en priorité la campagne de communication. Les employés qui habitent plus loin sont obligés de prendre leur véhicule.

C’est avec l’aide d’Arnaud Sarfati, créateur du site 123envoiture, désormais célèbre à cause ou grâce aux grèves, que Michel Mélé a mis en place le site internet du GIE. Les équipes de Green Cove Ingénierie, la structure d’Arnaud Sarfati ont ainsi créé une plate-forme de mise en relation des employés. Le côté rassurant du système : chaque conducteur est identifié. Ainsi on sait avec qui on voyage et dans quelle société travaille cette personne.

Et le point le moins négligeable est le côté pécuniaire. « En moyenne, une personne qui fait 50 km par jour dépense 3 000 euros de carburant par an. Le covoiturage permet d’effectuer 1 500 euros d’économie, c’est énorme et très motivant à mon avis ! », pointe Michel Mélé.

Les 100 000 tracts qui seront distribués dans les parcs mettent en avant ces économies. Ils rappellent aussi que le covoiturage permet de réduire le trafic et la pollution, de diminuer les problèmes de stationnement, de faciliter l’accès aux personnes non véhiculées et de se rendre au travail en cas de grève.
Il reste un seul problème à régler et qui est peut-être le plus embêtant : il faut faire entrer dans les mentalités le fait de partager son véhicule. Pour certains, cet objet adoré est aussi précieux que la prunelle de leurs yeux. Rares sont ceux qui tiennent autant à la Terre…

Agata MADENSKA
Echo Régional du 21 novembre 2007

Pour s’inscrire le site internet www.gie-covoiturage.fr
ou 01 41 52 54 60