Sarcelles : réchauffement climatique :  tout le monde est concerné

A l’occasion d’une semaine de sensibilisation au réchauffement climatique proposé par Val de France,  un stand d’animations était présent vendredi et samedi dernier, au centre commercial les Flanades.

Ces vendredi 16 et samedi  17 novembre, dès 11 heures au centre commercial les Flanades, les Sarcellois sont attirés par deux amusantes animatrices qui tiennent un stand et les interpellent. « Les manchots mettent-ils des moufles ? », c’est cette drôle de question qui est  le titre du stand. Au programme pour les badauds, quiz, jeux, scène de théâtre, discussions avec les animatrices, dans une ambiance bon enfant mais avec un seul but : faire comprendre l’impact de chacun d’entre nous sur l’augmentation de la pollution. Et pour cela, Sarah et Sophie, les intervenantes ont plus d’un tour dans leur sac. Un vieux vélo installé pour l’occasion attire particulièrement l’attention. Et pour cause chacun peut l’utiliser. Ahmed, un garçon d’une dizaine d’années s’approche. « Vas-y tu peux monter dessus et pédaler », lui lance Sarah devant des promeneurs interloqués. Le jeune homme s’exécute et l’animatrice d’expliquer, « nous avons installé des dynamos sur le vélo avec une guirlande lumineuse, lorsqu’on pédale, la guirlande s’allume. » L’occasion est donnée de questionner les curieux sur la provenance de l’électricité, et de lancer une discussion sur l’impact quotidien de chacun de nos gestes sur l’environnement. Elles interpellent alors les passants : « Un jour nous devrons peut-être pédaler pour avoir de l’électricité si nous ne changeons pas nos habitudes de consommation. » Et d’ajouter : «  Vous savez d’où provient l’électricité ? Comment  fabrique-t-on les vélos ? Quel est le moyen de transport le moins polluant ? ». 

Cet été je n’ai pas  trouvé de manteau

Aussi Sophie et Sarah invitent les clients du centre commercial à donner leur avis en écrivant sur des feuilles de couleur, qui sont affichés sur le stand, leur sentiment sur le sujet. Ainsi Annie une jeune maman note, « cet été je n’ai pas trouvé de manteau pour mon bébé ».
« Il faut expliquer aux citoyens que la pollution qui entraîne le réchauffement climatique perturbe leur quotidien. Ici pour Annie et son bébé, il n’y a plus de saison il fait froid en été et elle n’a pas pensé à acheter un manteau à son bébé », raconte Sarah. D’ailleurs les deux animatrices sont d’accord pour dire que les gens sont assez bien informés sur le sujet. L’animation est plutôt bien accueillie par les Sarcellois, « il y a même plusieurs personnes qui nous ont proposées de l’argent, s’amuse Sophie, croyant que nous sommes une association caritative ». Mais parfois c’est le contraire qui se produit et les deux jeunes femmes s’étonnent de l’agressivité de certaines personnes, que suscite la mise en place du stand. « Quelques personnes plutôt âgées ont parfois mal accueilli le stand, explique Sarah, je les comprends, cette génération s’est battue pour que tout le monde puisse avoir accès à un certain confort et maintenant on leur dit que tout cela n’est pas bien, cela abîme la planète. Je ressens parfois comme une forme de culpabilité de leur part, totalement injustifiée. Ce n’est pas de leur faute si nous sommes dans une société de consommation ». Les deux animatrices, loin d’être moralistes, se défendent de vouloir donner des leçons, « le but n’est pas de dire aux gens, ne faîtes pas ceci ou cela, nous voulons les amener à discuter et à se rendre compte eux-même qu’il faut changer nos habitudes, nos modes de vies », conclut Sophie.                        
Saïda DJERRADA
Echo Régional du 21 novembre 2007-11-23