Une enquête publique est ouverte depuis le 15 novembre pour la modification
du périmètre de sécurité de protection de l’église Saint-Pierre-Saint-Paul à Sarcelles Village

Dans le cadre du Plan Local d’Urbanisme, une enquête publique ouverte depuis le 15 novembre, à la mairie de Sarcelles, pour la modification du périmètre de sécurité de protection de l’église Saint-Pierre-Saint-Paul à Sarcelles Village. L’église, classée monument historique a déjà un périmètre de sécurité de 500 mètres à la ronde.

500 mètres de protection

Cette protection a pour but de préserver les abords de monuments français. Ainsi toute construction dans le champ de visibilité du monument est soumise à des réglementations spécifiques en cas de modification. Concrètement, aujourd’hui, les Sarcellois habitant dans un rayon de 500 mètres par rapport à l’église doivent obtenir l’accord préalable des Bâtiments de France, s’ils veulent, détruire, restaurer ou construire leur habitation.

Préserver le champ de vision de l’église

« Il faut adapter le périmètre de sécurité de l’église. Aujourd’hui le périmètre englobe certaines maisons qui ne sont pas vraiment dans le champ de visibilité. Nous souhaitons donc le modifier pour que les secteurs qui sont concernés entrent dans le périmètre de protection et que ceux qui ne le sont pas, n’en fassent plus partie », explique un responsable de l’urbanisme de la ville. La municipalité préconise donc de rentrer, dans le périmètre de protection, entre autres, tout ou partie des rues du Chaussy, Taillepied et Brossolette. Les propriétaires des zones concernées auront plus de contraintes quant à la modification de leurs demeures. « On peut leur demander, par exemple de choisir des matériaux plus nobles, donc plus chers pour restaurer leur maison », explique Jean-François Biechler, commissaire enquêteur.

Tous les Sarcellois sont concernés

Les habitants de ses rues sont donc particulièrement concernés par la modification du périmètre et pourtant…
« Je ne comprends pas, aucun Sarcellois n’est venu pour prendre part des modifications proposées par la mairie, alors que cela les concerne directement », s’inquiète Jean-François Biechler. Et il ajoute : « J’aimerais que les Sarcellois viennent me voir, pas forcément pour contester, mais simplement pour que je leur explique le projet ! Si personne ne vient, je vais entériner le projet tel qu’il est ».

Par ailleurs le commissaire enquêteur fait remarquer que personne n’a fait le déplacement, pour le Plan Local d’Urbanisme, qui concerne toute la ville de Sarcelles et non pas seulement Sarcelles Village. Il va pourtant engendrer pléthore de modifications sur la vie des Sarcellois. Ainsi le Plan Local d’Urbanisme prévoit des modifications dans plusieurs secteurs comprenant par exemple Les Sablons.
Les Sarcellois sont accueillis par le commissaire enquêteur en mairie* et ont jusqu’au 15 décembre pour prendre part au projet ou faire part de leur remarque dans le registre d’enquête, aux horaires d’ouvertures de la Mairie, avant la clôture définitive de l’enquête.

Saïda Djerrada
Echo Régional du 28 novembre 2007

*Le commissaire enquêteur reçoit ce mercredi 28 novembre de 14 à 17 heures, mardi 4 décembre et samedi 15 décembre de 9 à 12 heures.