Lundi matin, après une nuit de violence, les commerçants de la rue Pierre-Sémard ont découvert avec stupeur l’étendue des dégâts : une trentaine de vitrines brisée, certains magasins pillés. Personne ne comprend les raisons d’une telle violence.