Si l’on entrait la tête nue dans le complexe sportif à l’occasion du salon de l’artisanat, le week-end dernier, on pouvait en ressortir entièrement chapeauté. Vergile, une artiste saintloupienne exposait ses créations toutes aussi loufoques les unes que les autres : des chapeaux.

Comme une chaussure

Ronds, longs, casquette ou bonnets pointus, chaque coiffe doit être à l’image de celui qui le porte. Et pour parfaire ses clients, Vergile a une astuce : « La personne fait partie du volume. La toilette et l’identité vont donner la direction du chapeau ». Facile à dire. Pour les plus réfractaires, l’artiste ose alors la comparaison. « Le chapeau, c’est comme une chaussure. On doit être bien dedans. On doit l’oublier. Vous devez pouvoir le mettre sans vous regarder dans une glace pour ne plus y penser ensuite ».
Et comme cet hiver le port du chapeau revient à la mode, il n’y a qu’à se lancer. Bien plus pratique qu’un parapluie, il devient accessoire. Dans son atelier Vergile créé avec toutes les matières, selon vos passions. « Un chapeau bouge, vit. Il est dans l’air du temps ». Pour la femme du commandant de bord du Concorde, l’artiste a fabriqué une coiffe à l’effigie de l’avion. Elle peut même, en un tour de main, concocter quelques trésors comme un chapeau en bois fin. Comme un sculpteur, elle travaille l’équilibre des formes sans complexes. Sages ou extravagantes, ses créations s’adaptent à tous les moments de la vie. « J’ai à la fois des modèles à porter tous les jours et des créations pour les grandes occasions ».
Artiste depuis plusieurs années, Vergile a commencé par la peinture puis la sculpture. Et pour assouvir son goût pour les pièces délirantes, elle innove pour le théâtre en fabriquant des accessoires uniques et colorés.

Rens : 01 39 95 59 43

Echo Régional du 5 décembre 2007