Argenteuil, politique : les socialistes règlent leurs comptes après le pacte Doucet-Lamdaoui

Samedi dernier, Philippe Doucet a été désigné comme tête de liste pour les municipales
grâce à un accord avec Faouzi Lamdaoui. Du coup, Alain Leikine lance sa propre campagne.

Fini de jouer, les nez rouges sont rangés, les couteaux aussi. Pour les socialistes d’Argenteuil, l’heure est au rassemblement. Enfin pas pour tout le monde. Au terme d’une lutte acharnée entre Faouzi Lamdaoui et Philippe Doucet pour désigner la tête de liste aux municipales, un accord a finalement été trouvé entre les deux hommes. Ce qui suscite la colère d’Alain Leikine.

Tractations internes

Pourtant le conseiller général y croyait. Pour lui, il était impossible que Philippe Doucet et Faouzi lamdaoui puissent un jour s’entendre sur une même liste. Pire, c’est lui qui avait fait venir le candidat de la diversité avec un accord interne : Faouzi Lamdaoui devait être le candidat pour les législatives, Alain Leikine pour les municipales. « C’est moi qui ai fait venir Faouzi Lamdaoui à Argenteuil », regrette-t-il.

Partage
des responsabilités

« La convention nationale a ratifié le vote des militants », se félicite Philippe Doucet, qui avait été choisi par les socialistes d’Argenteuil. « J’avais proposé Alain Leikine comme deuxième homme et Faouzi Lamdaoui comme troisième. C’est la démarche inverse qui a été préférée par la commission ». En fait, Faouzi Lamdaoui et Philippe Doucet étaient en discussion depuis plusieurs jours.

Le matin de la convention, ils prennent leur petit déjeuner et signent l’accord commun qui sera présenté ensuite à la commission. Il s’agit d’un « partage total des responsabilités », selon Faouzi Lamdaoui. En clair, les sièges de président de la communauté d’agglomaration et de premier adjoint pourraient revenir à Faouzi Lamdaoui. « Les choix seront pris en concertation systématique », précise Faouzi Lamdaoui qui se félicite de ce « tandem. »

Politique
de la main tendue

« J’avais le bon et le mauvais rôle avec mes fonctions nationales au sein du Parti socialiste. J’aurai pu inverser la décision. Mais j’ai décidé de faire la politique de la main tendue dans une logique de rassemblement », poursuit le poulain de François Hollande.

De son côté, Alain Leikine avait affirmé qu’il ne serait jamais sur la même liste que Faouzi Lamdaoui. Lundi 17 décembre, il a annoncé qu’il « (prenait ses) responsablilités et qu’il se présenterait comme candidat divers gauche » pour les municipales, après « 30 ans de fidélité au PS », regrette-t-il.
Pour marquer son hostilité, il a décidé de faire lui aussi campagne. « J’ai trois principes, l’honneur, la fidélité et la responsabilité. J’ai des engagements que je respecte, je suis resté fidèle à la ville et je veux être responsable pour elle en présentant ma candidature. » Une candidature de plus, à gauche, alors que le PCF a déjà décidé de ne pas diviser son camp et de se ranger derrière Philippe Doucet, tout comme Lutte ouvrière qui négocie. « Ce n’est pas une étape dans une carrière parisienne. Mon parti, c’est Argenteuil », explique Alain Leikine.

« Un ticket Argenteuil-Paris XIIe »

Pendant près de trois mois, il s’est tu. Aujourd’hui, il explose de colère : « Faouzi Lamdaoui a méprisé la démocratie locale. Moi, je n’ai rien dit car j’ai respecté le vote des militants. Ses insultes ont participé à ternir l’image du PS. Le ticket Argenteuil-Paris XIIe a été fait en ignorant l’intérêt des habitants. »
Amer, il crie à la trahison. En présentant sa candidature à côté du socialiste Philippe Doucet, Alain Leikine s’attend à recevoir prochainement sa lettre d’exclusion du parti, mais prévient : « La gauche aura besoin de moi pour faire basculer le Conseil général à gauche. » De son côté, Philippe Doucet tente désormais de calmer le jeu. « Ce qui compte, c’est bien de gagner. La raison doit l’emporter et l’intérêt des Argenteuillais est au-dessus de nos pauvres vies », insiste Philippe Doucet.
 Il appelle les deux socialistes à être raisonnables : « C’est la grande leçon de l’élection présidentielle. La droite a réussi à passer outre ses divergences, nous n’y sommes pas arrivés. Mais le plus important, c’est de gagner. Je demande à Alain Leikine de bien réfléchir et de ne pas être acteur de la division. » Et pour le convaincre, Philippe Doucet prévient : « Faouzi Lamdaoui ne pourra pas être en même temps premier adjoint et président de la communauté d’agglomération Argenteuil-Bezons. Je comprends l’amertume d’Alain et je lui demande de la dépasser et de travailler ensemble. »
Ce mercredi 19 décembre, Alain Leikine et Philippe Doucet se rencontreront au conseil fédéral de leur parti. Sans doute le moment de solder les comptes.

Marine CHAILLOUX
Echo Régional du 19 décembre 2007