L’Auversoise Édith Stievenart s’était déclarée la première dans la course aux municipales.
À la grande surprise d’Alain Pellerin, l’autre candidat UMP à Auvers, elle vient d’obtenir l’investiture.

Le torchon brûle dans les rangs de l’UMP. On savait depuis longtemps une inimitié entre Alain Pellerin, conseiller municipal d’opposition (UMP) et Édith Stievenart, Auversoise et membre du Comité départemental du parti. Mais cette fois-ci la droite est brisée dans le village des impressionnistes. Sans doute une  aubaine pour Jean-Pierre Béquet, le maire socialiste sortant et candidat à sa propre succession. 


Les adhérents  pour Pellerin…

Étrangement, la situation au sein de l’UMP ressemble à celle du PS. Pour trancher, en cas de rivalité, on fait appel aux militants. C’est ce qui s’est passé le 8 décembre dernier. Les adhérents UMP d’Auvers-sur-Oise étaient appelés aux urnes à Pontoise, en terrain neutre… ou presque, afin de choisir leur candidat aux prochaines municipales. En « huissiers », le député de la première circonscription, Philippe Houillon et sa déléguée, conseillère régionale et adjointe à Pontoise, Stéphanie Von Euw. Face aux 70 Auversois présents, ils ont rappelé les règles du jeu de l’investiture. « Il a été convenu qu’en cas de plusieurs candidatures UMP aux élections municipales et cantonales sur une même ville ou un même canton, des élections internes seraient organisées afin de désigner celui qui portera les couleurs de notre mouvement », avait rappelé la déléguée UMP.
Le résultat est sans appel : 40 voies pour Alain Pellerin, 31 pour Édith Stievenart. Les deux candidats à la candidature prennent acte et donnent leur parole. Celui qui ne sera pas choisi par l’UMP tirera sa révérence. Si ce vote des adhérents n’était que consultatif, c’est bien l’approbation du Comité départemental réunit le 11 décembre, qu’il fallait obtenir.

Les dirigeants  pour Stievenart

Et le couperet est tombé. Les poids lourds de l’UMP ont choisi. Le candidat face à Jean-Pierre Béquet le 9 mars pour le premier tour sera une candidate : Édith Stievenart.  « J’ai souhaité le soutien de mon parti, je l’ai eu. La différence est simple, au fur et à mesure du temps j’ai construit, rassemblé pour proposer une alternative sérieuse aux Auversois. Alain Pellerin n’en a pas été capable. Si l’UMP avait choisi Alain Pellerin, je me serai retirée de la course comme nous l’avions dit. Mais, je constate que mon adversaire ne tient même pas sa parole et qu’il va mener sa propre campagne », commente la candidate officielle.

« J’avais dit que je me retirerais en cas de non-désignation, mais j’ai pris conscience que le vote a été manipulé. On a demandé aux adhérents de pré-remplir  leurs bulletins. Aujourd’hui, je me sens délié de mon engagement. Je pense que certains voulaient davantage régler leurs comptes avec moi plutôt que battre Jean-Pierre Béquet. J’ai donc décidé de marcher seul, je continue pour Auvers et pour ceux qui m’ont donné leur confiance en 2001, c’est aussi une question d’honneur », rétorque Alain Pellerin.

L’UMP  suspend Alain Pellerin

Il conduira ainsi une liste, seul, une « très belle équipe d’ouverture qui réunit des hommes et des femmes déterminés, jeunes et moins jeunes, d’expériences professionnelle très variée, représentatifs des  différents quartiers d’Auvers, de tous bords politiques, toutes et tous très motivés », explique-t-il. Mais qu’a-t-il fait-là ? Vendredi dernier, Claude Bodin, secrétaire départemental de l’UMP a formulé sa « suspension immédiate pour avoir manqué à “sa” parole ». Il dénonce également une « absence totale de volonté de faire prévaloir l’intérêt général, en faisant le choix de la division pour des raisons d’ambition personnelle ».

Alain Pellerin annonce qu’il enverra sa carte de l’UMP à Nicolas Sarkozy en personne après les municipales, le temps de faire campagne…

Nicolas BRIARD
Echo Régional du 19 décembre 2007