Vendredi dernier, le premier coup de pioche a été donné sur les berges de l’Oise côté Parmain. Après des mois d’attente sous la menace d’effondrements, la restauration a enfin commencé.

La berge de Parmain, en aval du barrage, menaçant de céder depuis longtemps. Un glissement de terrain s’est d’ailleurs produit il y a quelques années. Mais il aura fallu du temps au Syndicat des Berges de l’Oise pour commencer les travaux. Le premier coup de pioche a été donné vendredi dernier.

Érosion des berges

Ce syndicat est né en 2003 à l’initiative du Conseil général. Il regroupe aujourd’hui les 22 communes des rives droite et gauche de l’Oise et a pour objectifs la sécurisation des berges, la préservation de l’environnement et l’accès aux piétons. Assurant le ramassage des feuilles, les tontes ou encore l’élagage, les agents du syndicat luttent également contre la dégradation des berges recréant ainsi des milieux écologiques favorables au développement de la faune et de la flore aquatique. « C’est une grande satisfaction de voir enfin que les travaux commencent sur la rive de Parmain. Il était urgent d’agir car les berges sont en danger. La route sera également refaite, côté nids de poules on a ce qu’il faut ! La circulation restera peut-être coupée aux véhicules légers. Il s’agira d’une concertation avec les Parminois le moment venu », a souligné Roland Guichard, le maire et conseiller général de Parmain.
Sur un peu plus de 100 mètres,  des cages grillagées remplies de blocs de pierres vont être posées sous le niveau de l’eau. Ce matelas fixera le pied de berge et contribuera à empêcher l’érosion sur cette portion de terrain soumise au battement des vagues qui se forment au niveau du barrage. Derrière cela, une plage d’hélophytes (plantes enracinées sous l’eau) assurera la diversification du milieu. Puis, une couche de branchages permettra de protéger le talus. Sur le reste de la berge seront plantés des arbustes. Un chemin sera réalisé en remplacement de la route.

La vallée de l’Oise protégée

« Ce sont les premiers travaux de ce syndicat mixte. Des travaux d’urgence après bien des discussions et de débats. Pour cette sécurisation, nous avons trouvé une technique légère de génie végétale. D’autres travaux de ce genre sont prévus sur les 80 km de rives dans le département », ajoute Thierry Sibieude, président du Syndicat des Berges de l’Oise et conseiller général.

Les travaux de sauvegarde de ce patrimoine vont durer quelques semaines. La Vallée de l’Oise restera ainsi l’un des plus beaux paysages d’Ile-de-France.

Nicolas BRIARD
Echo Régional du 19 décembre 2007