À plusieurs reprises, Francis Delattre avait émis des réserves sur sa participation dans la communauté d’agglomération. « Il ne venait jamais ! » s’exclame Hugues Portelli, sénateur maire d’Ermont et président de la communauté d’agglomération. « Il avait déjà fait la politique de la chaise vide pendant trois mois au début de l’année dernière », poursuit Hugues Portelli.
C’est le projet de la gare d’Ermont-Eaubonne qui a mis le feu aux poudres. « Cette communauté est gérée de façon très acrobatique », se plaint Francis Delattre. Selon le maire de Franconville, le budget 2008 ne pourra jamais être bouclé, du fait de l’impossibilité de rembourser les 10 millions d’euros investis dans la ZAC, soit un tiers du coût du projet. « On ne veut pas être impliqués dans la faillite prévisible de ce projet », précise Francis Delattre, pour qui l’aménagement de la gare d’Ermont-Eaubonne empêcherait le reste du secteur, et notamment la gare de Franconville Plessis-Bouchard, de se développer : « Toute la dynamique de l’agglomération est absorbée par l’aménagement urbain contesté du quartier de la gare d’Ermont/Eaubonne qui aspire l’essentiel des moyens par le biais d’un endettement abyssal en face duquel figurent des recettes incertaines », fustige le maire de Franconville. Pourtant, son adjoint, également membre du conseil d’agglomération avait voté le budget trois jours avant, à l’unanimité, lors de la commission des Finances. « Tout a changé, on ne sait pas pourquoi », s’étonne Hugues Portelli. Face au dossier de la nouvelle gare que Francis Delattre estime risqué, l’édile a préféré se retirer du Val-et-Forêt.
Au sein de la communauté, d’autres élus parieraient plutôt sur une autre raison de sa colère : le refus d’augmenter les subventions pour le Jumping, événement équestre de Franconville. Francis Delattre, passionné d’équitation, se serait élevé contre cette décision.
La communauté de communes du Val-et-Forêt était devenue communauté d’agglomération avec l’intégration de Franconville, il y a quatre ans. Depuis, la ville s’estime lésée,  par rapport à des petites communes comme Montlignon.
De son côté, Hugues Portelli reste serein. « On ne sort pas comme ça d’une communauté d’agglomération », prévient-il. La décision finale reviendra de toute façon au conseil municipal élu en mars prochain. En attendant, Francis Delattre a demandé à la Cour régionale des comptes de vérifier « la sincérité du budget de la communauté d’agglomération » et envisage déjà d’intégrer  une communauté voisine.
M.C.
Echo Régional du 9 janvier 2008