Vendredi 4 et samedi 5 janvier, la discothèque le Grisy Apple’s ouvrait ses portes pour deux soirées intitulées        « Oxygene Party » en l’honneur du premier week-end sans fumée (l’interdiction de la cigarette dans les bars et les discothèques étant entrée en vigueur depuis le 1er janvier). Même s’il pouvait être intéressant de voir comment la jeune clientèle allait réagir face à cette nouvelle loi, le service d’ordre de la discothèque était davantage occupé à surveiller une possible altercation sur la piste de danse plutôt qu’à réprimander les contrevenants fumeurs.
En effet, du côté du personnel, tout le monde gardait à l’esprit la bagarre qui avait éclatée quatre jours plus tôt au cours de la nuit de la Saint Sylvestre, faisant six blessés dont un grave. Les gendarmes mènent actuellement l’enquête pour définir les causes exactes de l’incident. Toujours à la recherche d’un des protagonistes qui a pris la fuite en voiture, un autre jeune a été interpellé et placé sous mandat de dépôt.

La soirée du 31 décembre avait pourtant très bien démarré au Grisy-Apple’s. Pour la nuit du réveillon, la discothèque proposait à ses clients une grande soirée de 22 heures à l’aube avec au menu, petits-fours, cotillons et serpentins, le tout au son des meilleures musiques du moment et d’antan.

Une serpette d’une trentaine de centimètres

Mais, vers 4h45, les esprits de certains jeunes sous l’emprise de l’alcool s’échauffent. Ils s’insultent puis se bousculent,  et très rapidement une bagarre éclate. Ni une ni deux, les vigiles les excluent de la boîte de nuit. Ces derniers se retrouvent alors sur le parking, et, plutôt que de prendre leur voiture pour rentrer chez eux, ils décident de régler leurs comptes. L’échauffourée, encore plus violente que dans la discothèque, met aux prises une dizaine de jeunes munis d’armes blanches, dont une serpette d’une trentaine de centimètres.
L’arrivée des gendarmes vers  5 heures met fin à la bagarre. Suivis des médecins du Samu, ces derniers prennent en charge six jeunes, âgés de 18 à 21 ans, qui sont conduits au centre hospitalier de Pontoise. Plus grièvement touché que les autres, Cédric,     21 ans, souffre d’une large entaille au flanc. Ils sont sortis de l’hôpital avec quatre à trente jours de repos prescrits par les médecins.

Les six blessés entendus par les gendarmes

Les six jeunes, habitant tous le Val-d’Oise, ont en suite été interrogés par les gendarmes de la brigade de Marines saisie de l’enquête. Aucun n’a pour l’instant été placé en garde à vue, précisait-on lundi à la gendarmerie. Les militaires ont également indiqué être à la recherche d’un des protagonistes qui a pris la fuite en voiture avant leur arrivée. La plaque d’immatriculation ayant été relevée, ils ont pu identifier et interpeller le propriétaire du véhicule. Accusé de complicité de violences volontaires et délit de fuite, Mensef, 19 ans, originaire de Creil (Oise), a été déféré devant le tribunal de Pontoise vendredi dernier et placé sous mandat de dépôt à la maison d’arrêt du Val-d’Oise à Osny.  
Thomas HOFFMANN
Echo Régional du 9 janvier 2008