Association : affluence à l’assemblée générale du quartier Notre-Dame-Viosne

Les habitants restent mobilisés après al fuite de gaz qui a provoqué l’incendie du Garage du Vexin et décidés à améliorer la sécurité dans le quartier.

Malgré l’heure peu commode de la convocation, 18 h 30, les habitants sont venus nombreux à l’assemblée générale de leur quartier.
À l’ordre du jour : les problèmes de sécurité rue de Rouen due à la vitesse excessive, l’avenir de la Poste annexe, le rétablissement d’une épicerie dans le quartier, le projet de musée dans l’ancien château de Marcouville, les parkings… et un retour sur l’incendie qui a ravagé le garage du Vexin à la suite d’une fuite de gaz.

Fuite de gaz

Le président, Jean-François Dupaquier a ouvert la séance à l’heure annoncée. Après un bref rappel de l’ordre du jour, il a donné la parole aux candidats aux prochaines élections municipales invités à exposer leurs projets pour le quartier.
« Vous avez chacun dix minutes » prévient le président.
Philippe Houillon est encore retenu par les vœux du personnel communal. Le premier à prendre la parole, Gérard Seimbille, maire adjoint chargé des Finances et conseiller général de Pontoise candidat à sa succession, a souligné qu’il s’exprimait en tant qu’adjoint au maire et non comme candidat car il remplaçait au pied levé le maire Philippe Houillon.
Le chef de file de la gauche Didier Peyrat se réjouit de l’activisme civique de l’association. Ex procureur adjoint et spécialiste du droit, il suggère aux sinistrés de l’incendie, dont les expertises traînent, qu’ils ont la possibilité de saisir un juge aux référés qui peut statuer en quarante-huit heures.
« J’ai constaté que les trottoirs sont au même niveau que la chaussée dans la rue de Rouen. Ce qui est très dangereux. Dans le quartier de l’Hermitage, la même erreur avait été commise. C’est grâce à la bataille de l’association de quartier que cela a été corrigé. C’est qui a coûté cher aux contribuables. Il serait peut-être judicieux de créer un réseau d’association de quartiers qui aurait un rôle auprès de la municipalité afin d’éviter des répétitions de telles erreurs », souligne Didier Peyrat.

Le candidat du MoDem, Benoît Dumontet tout en promettant de ne pas faire campagne, annonce des projets qui pourraient améliorer la vie du quartier : une épicerie de proximité, la création du musée du pré et post-impressionnisme dans le château de Marcouville, la création d’un parcours touristique…

Le président a ensuite donné la parole à la salle. Les habitants se plaignent du bruit et du stationnement sauvage des véhicules des clients du Pub.
Le président les rassure en annonçant qu’il est en pourparlers avec la Chambre de Commerce pour l’étude de l’ouverture de leur parking en fin de semaine à partir du vendredi soir. C’est une négociation difficile car le vice président de la Délégation du Val-d’Oise de la CCIV, Gilbert Tchividji, n’est pas très chaud. Il estime que la municipalité possède dorénavant autour du château de Marcouville tous les espaces nécessaires à un très grand parking.
Un autre habitant soulève le problème de canalisations qui ne sont pas aux normes, ce qui provoque des inondations à chaque gros orage.

Le maire, arrivé peu avant la fin de la réunion a annoncé que la Poste allait certainement rester dans le quartier. Une convention aurait été signée entre les propriétaires du 16 rue de Rouen et la Poste pour 30 ans.
« Le dossier de l’épicerie est complexe, car il y avait une procédure entre la filiale de Carrefour et le propriétaire. Mais tout semble en bonne voie de résolution » annonce le maire.

Quant au château de Marcouville, le maire ne parle pas de projet de musée mais annonce que l’architecte des Bâtiments de France présentera prochainement un projet qui représente cinq millions d’euros de travaux pour redessiner et replanter le parc. Il y aura 100 à 150 places de parking.

À la fin de la réunion, Jean-François Dupaquier annonce que Gaz de France a promis de participer à une prochaine rencontre avec les habitants pour s’expliquer sur le drame du 19 décembre. On apprendra par ailleurs qu’à la suite d’une lettre du président de l’association au président de Gaz de France, une procédure d’urgence a été engagée pour indemniser le garagiste, M. Tesson.

Enfin le président de l’Association indiquait qu’il renonçait à sa fonction pour pouvoir s’engager dans la vie de Pontoise « par d’autres moyens ».

E. J.