Lundi après-midi, la circulation a repris son cours normal sur la place du Général-de-Gaulle à Pontoise. Les commerces qui ont rouvert leurs portes accueillent à nouveau les clients. Les usagers de la gare longent le chantier du parking pour aller prendre leur train. Rien ne laisse imaginer que dans la matinée, la panique avait envahi cette même place.

En effet vers 9 h 30, alors qu’il effectue des travaux de terrassement sur le chantier de la place de la gare, un ouvrier aux manettes de sa pelleteuse éventre malencontreusement une conduite de gaz de moyenne pression  (quatre bars), provoquant une importante fuite. « D’un coup, on a vu une belle gerbe sortir du sol et on a tout de suite ressenti une forte odeur de gaz », raconte le patron du bar Le Rail qui se trouve à seulement quelques mètres de la canalisation rompue. Alertés, les secours sont dépêchés sur place. Policiers et pompiers font immédiatement évacuer près de 300 riverains. « Les pompiers sont entrés et nous ont demandé de sortir au plus vite. Ils nous ont pris en charge et nous ont amenés à l’abri », continue le gérant du Rail.
Une boutique suscite particulièrement la crainte des hommes du feu, la boulangerie au coin de la rue où les fours tournent à plein régime. « Les pompiers sont entrés en trombe et nous ont criés d’évacuer au plus vite et de couper immédiatement les fours », raconte Jennifer, une employée. « J’ai couru prévenir mon patron dans son bureau et on a tout coupé laissant les baguettes et les viennoiseries, puis on est allé se mettre à l’abri. »

Deux personnes transportées à l’hôpital

Alors que les policiers ont mis en place un périmètre de sécurité bloquant l’accès à la gare, les pompiers s’affairent à contrôler la fuite de gaz en attendant l’arrivée des experts de Gaz de France. à l’aide de deux lances, ils arrosent abondamment la fuite pour tenter de la contenir, mais surtout éviter qu’une étincelle ne vienne l’enflammer. Les secours craignent en effet un accident comme celui survenu à Bondy le 30 octobre dernier.
Dans la rue, les évacués surveillent à distance le déroulement de l’intervention en compagnie de Philippe Houillon, député maire de Pontoise, et Gérard Seimbille, conseiller général, Premier maire adjoint. « On n’éprouvait pas réellement de crainte. L’incendie était en plein air, et les pompiers sont rapidement intervenus. Ce sont les aléas des travaux, on imaginait bien qu’il arriverait un incident un jour », raconte, détendu, le patron du Rail.
Pas de panique non plus à la boulangerie. « On a pas vraiment eu peur », sourit Jennifer. « Tout est allé très vite, on ne s’est pas imaginé que ça allait exploser. Le midi on a repris le travail tranquillement. Seule ma responsable était un peu angoissée. Elle me disait ‘‘ et s’ils n’ont pas coupé le gaz, si ça repartait et que ça prenait feu ? ’’ Mais c’est tout. »
Heureusement, l’efficacité des pompiers et la fermeture de la vanne par des agents GDF aura permis d’éviter l’accident. Aucun blessé n’était ainsi à déplorer. Toutefois, incommodés par les émanations de gaz, Sébastien, 34 ans, originaire d’Eaubonne, et Rida, 49 ans, de Cergy, ont été transportés au centre hospitalier de Pontoise.

Des accidents de  plus en plus fréquents

Le gaz coupé, le périmètre de sécurité était levé aux alentours de midi. La circulation pouvait reprendre son cours normal sur la place Charles-de-Gaulle. Empruntant le trottoir juste à côté du trou d’où s’était échappé le gaz, une vieille dame s’arrête, l’air pensive. « Quand on voit ce qui s’est passé en Seine-Saint-Denis, ça fait un peu peur quand même. ça aurait pu être beaucoup plus grave. » Le 30 octobre dernier, une fuite de gaz survenue dans des conditions similaires à Bondy avait en effet provoqué une explosion faisant un mort et 46 blessés dont treize graves. Des accidents de plus en plus fréquents ces derniers mois. Le 19 décembre, un technicien de GDF appelé pour une fuite avait enflammé par inadvertance
la canalisation qu’il devait réparer rue de Rouen à Pontoise. Une véritable torchère avait entièrement détruit le garage du Vexin. Le 22 décembre, cinq personnes avaient été légèrement blessées dans l’explosion d’un immeuble HLM à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis) due à une fuite de gaz. Une fois encore la canalisation avait été endommagée par des travaux sur la voie publique.
Dans tous ces cas, les agents GDF avaient mis longtemps à fermer la vanne générale de gaz. Lundi, ce ne fut heureusement pas le cas. Toutefois, alors que GDF nie à sa responsabilité rejetant la faute sur les entreprises de BTP, une mise à jour des plans des canalisations souterraines et une réforme des procédures d’intervention deviennent urgentes.

Thomas HOFFMANN
Echo Régional du 23 01 08