Valentin Teixeira, militant sur Argenteuil Bezons entré chez les Verts le lendemain du 21 avril 2002, a décidé de ne plus adhérer au parti : « Je me reconnais plus dans un parti qui a décidé, pour des raisons qui restent obscures, de se laisser manipuler par une « sénatrice » parisienne qui a pourtant déserté le terrain local et a abandonné le travail militant depuis fort longtemps », écrit-il dans un communiqué. Une pierre dans le jardin d’Alima Boumédiene-Thiery, sénatrice des Verts qui a rejoint Alain Leikine, qui se présente contre Philippe Doucet le candidat investi par les instances nationales du PS

« Je n’ai délibérément pas renouvelé ma cotisation militante, aucun versement n’ayant été effectué depuis le 1er janvier 2007, rapporte M. Teixeira.  D’un point de vue statutaire, je ne suis délibérément plus adhérent depuis le 1er janvier 2008 et mes devoirs militants envers les Verts sont donc expirés. J’en suis satisfait et soulagé ! Une page se tourne, qui verra mon combat écologiste se poursuivre et s’intensifier. Quant aux Verts Argenteuil-Bezons, je les laisse gesticuler dans la lente décadence politique qui est désormais la leur. »

Cet ancien militant déclare ne plus se reconnaître « dans un parti qui a renoncé à défendre concrètement les idées écologiste ». Un parti qu’il décrit comme « vicié, miné par les dissensions surréalistes, meurtri par les querelles intestines et détruit par les combats de chefs. Je ne me reconnais plus dans un parti où la démagogie politicienne et la « réunionite » parisienne ont remplacé le travail de terrain. Je ne me reconnais plus dans un parti qui fait semblant de prôner les pratiques participatives tout en faisant preuve, en son sein, de pratiques dignes d’un autre âge. »