Candidat à la candidature sur le canton d’Argenteuil Est, ce militant socialiste argenteuillais, membre du bureau fédéral et délégué national au tourisme, déclare : « la division de gauche aux élections cantonales, sans moi ». Il se range derrière le choix du PS et PCF d’investir la communiste Marie José Caysac

« Compte tenu de la division de la gauche, les antagonismes et la multiplication des candidatures tant aux élections municipales que cantonales, j’ai décidé de ne pas maintenir ma candidature contre la candidate soutenue par le parti socialiste et le parti communiste sur le canton Est d’Argenteuil", explique Ali Romdhane dans un communiqué, mettant en avant "l’intérêt général".

Une décision difficile à prendre car l’homme croyait en la "pertinence politique" de sa candidature : « mon ancrage local de 30 ans, mon expérience politique de 17ans et ma connaissance des dossiers sont des données réelles qui auraient pu inquiéter le candidat sortant de la droite, voire faire basculer ce canton à gauche. Mais le choix de la fédération en a été autrement ».

Ali Romdhane n’a pas « l’intention d’abandonner la scène politique locale ». Il continue à croire que « les élections municipales sont une occasion exceptionnelle de rassemblement, notamment des socialistes ».

Et le militant de lancer un message à Philippe Doucet qu’il invite à relever deux défis : « Le premier est d’avoir la capacité de fédérer non seulement les socialistes, mais aussi le plus largement possible parmi les forces du progrès autour d’un projet politique cohérent. Le deuxième défi est de savoir créer les conditions favorables pour que l’unité des socialistes locaux ne soit pas un leurre ni pendant encore moins au lendemain des élections municipales. A mon sens, c’est les deux défis qu’un vrai leader socialiste est acculé à les relever. »

O.Z.