La secrétaire d’Etat aux droits de l’Homme qui avait déclaré devant la caméra de VOtv au sujet du Malodore "Il faut tout tenter dans une ville", est revenue ce jeudi sur ses propos. Elle a déclaré à l’AFP qu’elle s’était sans doute "mal exprimée" et a condamné l’idée de l’utilisation du Malodore sur France Info.

Rama Yade a corrigé à deux reprises aujourd’hui ses propos sur le Malodore tenus à l’occasion d’un point de presse à l’issue du meeting du maire UMP d’Argenteuil  (voir la vidéo tournée par VOtv la télévision du Val-d’Oise). Interrogée mardi soir, la Secrétaire d’Etat aux droits de l’Homme n’avait pas condamné l’idée de l’utilisation l’été dernier d’un répulsif nauséabond pour éloigner les SDF du centre ville.

Des propos condamnés dès le lendemain par l’opposition locale « En tant que militants attachés notamment au respect des Droits de l’Homme, nous condamnons avec fermeté ces propos ministériels inadmissibles », écrivait dans un communiqué (lire ici) Mouloud Bousselat, secrétaire du PCF d’Argenteuil, conseiller municipal et en cinquième  position sur la liste de Philippe Doucet (PS) aux municipales.

 Ce jeudi, Rama Yade est revenue sur ses propos : « Dans la rapidité, dans un couloir, je me suis peut-être très mal exprimée », a-t-elle déclaré à l’AFP. « Quand je disais il faut tout tenter, je voulais dire qu’il fallait répondre aux préoccupations des gens. Ca ne veut pas dire que ce qu’on propose c’est bien ». « Je ne justifie rien du tout », a-t-elle assuré.

Toujours à l’AFP, la Secrétaire d’Etat aux droits de l’Homme a condamné l’idée de l’utilisation du malodore : « Evidemment que c’était une idée condamnable, malheureuse, que je condamne totalement », a-t-elle dit. « Le maire a essayé, il s’est trompé, il a retiré », a-t-elle expliqué, ajoutant: « l’idée n’a jamais été mise en oeuvre et c’était un débat d’il y a six mois qui a été condamné unanimement ».

Au micro de France Info, Mme Yade a enfoncé le clou voulant mettre un terme à toute polémique, ses propos ayant été repris dans plusieurs médias notamment en ligne : « J’ai parlé un peu vite parce que je partais à une réunion publique mais bien évidemment cette histoire du Malodore est extrêmement malheureuse, inacceptable et totalement intolérable. C’était il y a six mois. Le maire (d’Argenteuil, Georges Mothron NDLR) avait proposé cette idée, il l’a abandonné très vite sous la pression et c’est tant mieux. Il a essayé, il s’est trompé, il l’a retiré. Le débat est clos depuis longtemps. Je ne veux pas le relancer. Mon avis est clair, net et sans ambiguïté, je l’ai d’ailleurs dit à Georges Mothron : je condamne fermement l’utilisation du Malodore. Et en plus je le fais d’autant plus volontiers que moi qui suis chargée de la question des droits de l’Homme, honnêtement je ne peux pas cautionner ça. Il n’y a aucune ambiguïté, aucune  »

Olivier ZANETTA avec Adrien HILPERT