Les instituteurs absents pour une courte durée ne sont plus remplacés. C’est le constat amer dressé par les parents d’élèves du groupe scolaire des Longues Terres de Vauréal. Ils sont rejoints dans ce sens par les parents des communes avoisinantes comme Jouy-le-Moutier et espèrent que cette mobilisation sera entendue. 
 
 Du 20 mars au 3 avril, les élèves de CE2 de l’école des Longues Terres se sont retrouvés sans institutrice. « L’enseignante non remplacée a dû avancer son retour d’arrêt maladie pour faire face à cette situation » explique Geneviève Caillé, parent d’élève. Une situation que condamnent ensemble parents et équipe pédagogique. Pour les 42 écoles que compte la circonscription de l’Hautil, l’inspection académique dispose de 14 remplaçants, un nombre insuffisant pour faire face à toutes les absences.
 
Des retards dans les programmes scolaires
 
Pour se faire entendre, des parents ont décidé d’occuper symboliquement l’école des Longues Terres. « C’est un appel au dialogue, on ne veut pas bloquer l’école » lance la tête de liste des parents d’élève, Geneviève Caillié. Totalement impliqués, les parents tiennent également un blog où ils expliquent leur démarche. Le non remplacement d’un instituteur absent a deux principales répercutions : la surcharge des autres classes, obligées d’accueillir les élèves et le retard dans les programmes. « Il y deux ans, la classe de CE1 était restée près de 4 mois sans maîtresse. Arrivés en CE2, les enfants ont dû revoir un bout du programme de l’année d’avant » avance une mère de famille.
 
Regardez l’interview de Geneviève Caillié sur  la situation de l’école des Longues Terres à Vauréal.