Cette nuit, le radar fixe de la D316 situé sur la commune d’Epinay-Champlâtreux a explosé. L’alerte a été donnée par un témoin surpris par la détonation. L’explosion n’a fait aucune victime mais a causé d’énormes dégâts sur le radar, installé il y a quatre mois et, a priori, encore en phase de test.
 
 
 C’est le neuvième appareil à être la cible d’une bombe en Ile-de-France. S’il n’y a pour l’instant aucune revendication, ce secteur du Val d’Oise a déjà été frappé par le FNAR (Front nationale anti radar), qui se spécialise dans l’explosion de radar. En mars, le FNAR revendiquait 8 destructions de radars fixes et 2 tentatives d’attentat. Il réclame 4 millions d’euros de rançon à l’Etat pour l’arrêt de ces destructions et exige l’arrêt de la répression des automobilistes, l’expulsion de tous les clandestins, une relance de la natalité, une baisse de la répression et de la fiscalité.

Le radar détruit cette nuit était installé depuis quatre mois environ. Il était situé sur la D 316 dans le sens Paris-province, une zone très accidentogène d’après le responsable de la sécurité routière à la préfecture du Val d’Oise.
 
Adrien Hilpert