Thierry Coulhon, président de l’université de Cergy-Pontoise depuis le 1er septembre 2004, vient d’être confirmé dans ses fonctions par le nouveau conseil d’administration de l’université par 26 voix pour, 1 voix contre et 1 bulletin blanc, mardi 8 avril 2008. Les membres du CA avaient été élus les 18 et 19 mars derniers.
 
 
 
Anne-Sophie Barthez, professeur de droit et directrice de l’UFR droit de l’université de Cergy-Pontoise, a été élue vice-présidente du conseil d’administration à l’unanimité.

En outre, 7 personnalités extérieures ont été validées par le conseil d’administration :
 
– Représentants des collectivités territoriales :
• Agnès Rouchette, conseillère régionale d’Île-de-France.
• Didier Arnal, président du conseil général du Val-d’Oise.
• Laurent Dumont, vice-président délégué à l’éducation, à la formation et à l’insertion  de la communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise.
– Chefs d’entreprise ou cadres dirigeants :
• Michel Jonquères, président du mouvement des entreprises du Val-d’Oise.
• Méka Brunel, directrice générale d’EUROSIC, filiale de la Banque Palatine (groupe Caisse d’Épargne).
– Acteurs du monde économique et social :
• Robert Chabbal, ancien directeur général du CNRS, puis secrétaire général adjoint de l’OTAN et directeur de la science et de la technologie à l’OCDE.
• Pierre Veltz, directeur de l’Institut des hautes études de développement et d’aménagement des territoires européens et membre du conseil d’administration de l’École normale supérieure, ancien directeur de l’École nationale des ponts et chaussées.
 
Débat et vote d’une résolution sur le passage aux compétences élargies
Après avoir examiné les dispositions de la loi du 11 août 2007 relative aux libertés et responsabilités des universités et en avoir débattu, le conseil d’administration demande à la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et au ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique, que l’établissement puisse bénéficier, à compter du 1er janvier 2009, des compétences élargies en matière de budget global et de gestion des ressources humaines prévues à l’article 18 de la loi.
Le conseil d’administration a également débattu de la création d’une fondation et de la possibilité de lever des fonds.