Le Conseil d’Etat vient de rejeter le recours en annulation du tracé retenu pour l’A104 déposé par le COPRA (Collectif pour la Protection des Riverains de l’Autoroute). Face à cette décision, les Verts du Val d’Oise rappellent fermement leur opposition à cette prolongation « qui ne saurait constituer une réponse à la hauteur des enjeux futurs. »
 
 Pour Marc Denis, patron des Verts dans le département, l’Etat s’entête à privilégier un prolongement de la Francilienne plutôt que d’investir dans les transports en commun. Dans leur communiqué, ils accusent le gouvernement « de penser la politique des transports en regardant dans le rétroviseur, l’Etat marche sur la tête. »
 
Réchauffement, prix du pétrole et caisses vides
 
Les arguments du parti écologiste ne manquent pas pour s’opposer à ce projet. Alors que « le changement climatique s’accélère, l’Etat poursuit dans sa logique de favoriser les transports routiers qui représentent près du tiers des rejets de gaz à effet de serre » dénoncent-ils. Les Verts avancent également que les études prospectives alimentant le débat public ont été réalisées avec un pétrole à 40 dollars le baril. Une réalité bien éloignée aujourd’hui.
 
Enfin, Marc Denis reproche à l’Etat une dépense importante pour 20 km de route alors que les caisses sont vides. Pour lui, « l’Etat mégotera sur les budgets et subventions consacrés au développement des transports urbains collectifs, au fluvial et au ferroutage. »  
 

Adrien Hilpert