Le maire de Sannois, Yannick Paternotte, dénonce l’arrêt du projet de construction de la Maison Départementale de l’Environnement. « Une décision purement politique liée au changement de majorité départementale, scandaleuse et coûteuse » affirme-t-il dans un communiqué.
 
 Située en contre bas du Moulin de Sannois, la Maison Départementale de l’Environnement (MDE) devait voir le jour fin 2010. Son coût, estimé à environ 3.588.000€, devait être pris en charge par le Conseil Général du Val d’Oise. Les travaux auraient dû quant à eux débuter en 2009.
 
Mais le Conseil Général  a informé la Ville de Sannois de son souhait « de ne pas mener le projet de construire une Maison Départementale de l’Environnement sur les hauts du quartier des Aubines, comprenant un pôle éducatif, culturel et touristique». Une décision « scandaleuse et coûteuse pour le contribuable » dénoncée par Yannick Paternotte, maire de Sannois, qui parle de défaillance. Dans un communiqué, il avance une perte d’un peu moins de 400 000€, entraînée par l’abandon de ce projet. Un préjudice pour les Val d’Oisiens mais aussi pour les habitants de Sannois affirme Yannick Paternotte.
 
« Pour les Sannoisiens, le constat est amer […] Le projet de Maison Départementale de l’Environnement a nécessité la démolition du restaurant du centre de loisirs des Aubines et a obligé la commune à prendre des dispositions pour que les enfants du centre de loisirs puissent déjeuner dans un autre lieu, le temps des travaux » affirme-t-il.
 
Paternotte demande la rétrocession du terrain
 
Dans le communiqué Yanick Paternotte demande à Didier Arnal, président du Conseil Général, de faire le nécessaire afin « de reconstruire, au plus vite, un pôle restauration pour les enfants du centre de loisirs « Les Aubines » et de rétrocéder à l’Euro symbolique, l’assiette foncière, actuellement propriété du Conseil Général du Val d’Oise. »
 
« Un investissement inutile »
 
Contacté par téléphone, le Conseil Général n’a pas souhaité s’exprimer pour le moment. Mais la nouvelle majorité semble rester en accord avec sa position adoptée lors de la délibération sur la MDE au Conseil Général le 25 mai 2007. Didier Arnal, alors chef de file de l’opposition socialiste, avait qualifié cet investissement « d’inutile et sans intérêt ». « Toute politique qui consiste à investir lourdement sur quatre murs et un toit – avec des frais de fonctionnement à venir –  pénalisera d’autant un certain nombre d’actions non conduites : nous sommes totalement en désaccord avec une telle matérialisation de la politique de l’environnement » avait-il déclaré à l’époque.
 
Adrien Hilpert