Le projet de remblaiement du Lac des Ciments est finalement autorisé par le préfet, deux ans après la demande d’autorisation. Site exceptionnel mais dangereux, son remblaiement avait ému de nombreuses associations écologistes. Dans un communiqué le préfet assure que les travaux entrepris « prendront en compte tous les intérêts liés à la protection de l’environnement et notamment de préserver la qualité de l’eau et des milieux naturels
 
 L’avenir du site du lac des Ciments a suscité plusieurs positions contradictoires. Les unes pour le remblaiement d’autres en faveur de la sauvegarde du site ou encore de son aménagement en base de loisirs nautiques. Depuis le dépôt du projet de la société Valoise qui prévoit le remblaiement de ce lac, les préfets se sont succédés mais la question est restée sans réponse.
 
Le préfet du Val d’Oise, Paul Henri Trollé, indique aujourd’hui que malgré des projets contradictoires, un seul dossier a été déposé : celui de la société Valoise. Il reçoit d’ailleurs « l’accord et le soutien des communes d’implantation » indique la préfecture dans un communiqué. Autre instance en accord avec le remblaiement du lac, le conseil départemental de l’environnement et des risques sanitaires (CODERST) s’est prononcé, par trois fois, favorablement sur ce projet.
 
Le préfet prend ses précautions
 
L’arrêté préfectoral impose avant le commencement des travaux : un diagnostic du fond du lac, une étude sur les matériaux de remblaiement, une actualisation des inventaires de faune et de flore portant sur l’ensemble du site et enfin un inventaire des poissons présents dans le lac. La préfecture annonce également qu’ « un bilan environnemental sur l’ensemble du site remblayé et sur la zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique sera produit tous les trois ans. »
 
Ces travaux titanesques devraient durer 20 ans.

Sur le même sujet:

 

Adrien Hilpert