Cendrine Berger, conseillère municipale communiste de Montsoult, dénonce « la prise d’otage » des automobilistes de la RN1, à hauteur du Leroy Merlin de la Croix Verte. Les salariés de l’enseigne de bricolage distribuaient des tracts pour défendre leur dimanche travaillé.
 
 Dans un communiqué, Cendrine Berger (photo), communiste, déclare qu’« une minorité de salariés, aidée des élus de la majorité UMP du conseil Municipal de Montsoult, banderole et tracts à l’appui ont réclamé l’ouverture du dimanche prétextant la sauvegarde des emplois et un maintien de leur pouvoir d’achat. » Pour cette conseillère municipale de Montsoult, « la réalité est toute autre » et « la réponse en préparation par les députés du secteur envisage un travail dominical sans majoration. »
 
Pour répondre aux arguments des élus de droite, elle rajoute que « l’argument du travail étudiant ne tient pas, les CDI sont les viviers de ce jour travaillé et la question d’un salaire étudiant et d’une généralisation des aides pour payer les études et donc permettre à nos jeunes d’effectuer sereinement leur études est totalement occultée. »
Pour cette élue communiste, le travail du dimanche est « un prétexte à la remise en cause d’acquis sociaux. » Aucun doute pour Cendrine Berger, « les populations les plus précaires seront contraintes d’accepter ces nouvelles règles. »
 
Les contradictions du maire de Montsoult
 
Enfin cette conseillère municipale de Montsoult met en contradiction cette « initiative du maire » et les dernières décisions prises. « Quant à la prise de position purement idéologique du Maire de Montsoult qui prête son concours à cette tromperie et qui prétend défendre les salariés de Leroy Merlin, il ferait mieux de renoncer à son projet d’implantation sur son village, à quelques centaines de mètres, de l’enseigne hard discount Brico Dépôt directement concurrente » conclu-t-elle.
 

Adrien Hilpert