En 2007, 44 000 tonnes d’emballages ménagers ont été triées par les Val d’Oisiens. Une moyenne de 40 kilos par habitants. Un résultat comparable à ceux des autres départements de l’Ile-de-France mais inférieur à la moyenne nationale qui avoisine les 50 kilos. Eco-Emballages, chargés du recyclage des emballages ménagers en France, compte sur différentes initiatives pour doper le tri dans le département.
 
 En 2007, les emballages triés par les Val d’Oisiens donneront naissance à de nombreux nouveaux produits. Ces 44 000 tonnes peuvent ainsi devenir selon les matériaux recyclés 6,8 millions de pulls polaires pour le plastique, 9 400 voitures (acier), 38 millions de boîtes à chaussures (carton), 150 000 vélos (aluminium) et 51 millions de nouvelles bouteilles en verre. « En 2007, grâce au tri et au recyclage des flacons et bouteilles plastiques du département, plus de 3,1 millions de litres de pétrole brut et l’équivalent de deux mois de consommation d’énergie domestique d’une ville comme Pontoise ont ainsi été économisés », ajoute Jean Devisme, directeur régional d’Eco-Emballages Ile-de-France
 
Ambassadeurs du tri et efforts vers les logements collectifs
 
Pour améliorer les statistiques du recyclage en Ile-de-France et dans le Val d’Oise plus particulièrement, Eco-Emballages compte sur deux leviers d’optimisation : les ambassadeurs du tri et un meilleur rendement logements collectifs.
 
« Pour faire encore mieux en 2008, les élus en début de mandat doivent être convaincus qu’il faut beaucoup plus d’ambassadeurs du tri. Au contact direct des habitants, ce sont eux qui peuvent les inciter à développer et à améliorer leur geste » affirme le directeur régional d’Eco-Emballages. Aujourd’hui, 25 postes de ce type sont en place dans le Val d’Oise. Pour Eco-Emballages, leur nombre devrait doubler pour avoir une plus grande efficacité. Pour inciter les collectivités à embaucher l’entreprise apporte un soutien qui peut aller jusqu’à 10 000 euros pour chaque ambassadeur.
 
En ce qui concerne l’habitat collectif, les initiatives locales sont encouragées. Comme aux Raguenets à Saint-Gratien, où le syndicat Emeraudes chargé de ramasser les ordures ménagères a installé des containers enfouis aux pieds des immeubles en lieu et place des traditionnels locaux. Résultats une diminution du coût du ramassage de 30% et une augmentation du tri de 30% également. Ces installations devraient se répandre prochainement comme c’est déjà le cas à Sannois.
 
Ces dispositifs sont nécessaires si la région Ile-de-France veut rattraper son retard en matière de recyclage de emballages. Eco-Emballages souhaite à moyen terme recycler trois emballages sur quatre. Actuellement la moyenne en France est de 60% et tombe à 46% en Ile-de-France.
 

Adrien Hilpert