A l’appel de la CFTC et de la CGT, les policiers municipaux de la communauté d’agglomération Val-et-Forêt s’est mis en grève illimitée à partir de ce lundi 23 juin. Les deux syndicats dénoncent « des agissements de harcèlement avec altération de l’intégrité physique et morale des employés ».
 
« Dépressions, tentatives de suicide, arrêts maladies, impacts des atteintes personnelles et physiques, empêchements de travailler, heures supplémentaires non rémunérées, risques liés au travail, manque d’effectif », les motifs de le grève illimitée entamée ce matin sont multiples. Dans un communiqué, les deux syndicats indiquent que plusieurs courriers ont été adressés à leur employeur et signalent des dépôts de plaintes. Pourtant « rien n’a été fait ».
 
« De plus leurs conditions de travail en terme de matériel, d’effectifs et de salaire sont des plus déplorables. La situation au service de police municipale intercommunale et dans les locaux administratifs se dégrade de jour en jour » affirment la CFTC et la CGT. Les deux organisations attendent une réponse à ces revendications de la part du nouveau président de Val-et-Forêt, Alain Goujon et de son directeur général. Après la rupture avec Franconville, Alain Goujon doit déjà faire face à un nouveau conflit en deux mois de présidence.
 
Adrien Hilpert