Face au projet de circuit automobile, estimé à 35 M€ et envisagé près de Sarcelles, Yanick Paternotte, député de la circonscription de Roissy, s’offusque. Alors que le Conseil Général annonce prendre le tournant du développement durable, le maire de Sannois répond « de qui se moque-t-on ? »
 
 Les relations entre le Conseil Général et le député de la 9ème circonscription ne sont décidément pas au beau fixe et toutes les occasions sont bonnes pour s’opposer. Le maire de Sannois a du mal à cerner la politique de développement durable de la nouvelle majorité. « Le Conseil Général annule la construction de la Maison Départementale de l’Environnement, jugée trop onéreuse, pour lancer le projet d’un circuit de Formule 1. Il est certain qu’avec les véhicules qui tourneront à bride abattue sur le circuit, les Val-d’Oisiens respireront mieux » lance-t-il dans un communiqué. 
 
Pour le maire de Sannois, où un projet de Maison Départementale de l’Environnement a été annulé par le nouveau conseil général, l’investissement dans un circuit de Formule 1 est incompréhensible. « 35 millions d’euros pour brûler un peu plus d’essence, pour lâcher un peu plus de dioxyde de carbone, pour augmenter les nuisances sonores de riverains déjà à bout… Mais de qui se moque-t-on ! Est-ce cela savoir gérer les finances ? » dénonce-t-il dans son communiqué. Avant de conclure : « je préfère encore être un patineur artistique ! C’est plus écologique et surtout moins bruyant ! » Yanick Paternotte fait ici référence au qualificatif que Gérard Sébaoun (PS) a utilisé pour qualifier la politique, faite de « pirouettes », de l’ancien vice-président du Conseil Général en matière de finance. L’entente cordiale n’est donc toujours pas d’actualité.
 
Adrien Hilpert