Au cours du premier trimestre 2008, les prix des logements anciens reculent de 1% selon selon l’indice Notaires/Insee publié aujourd’hui. Cette baisse intervient dans un contexte d’une forte chute des transactions sur la région Ile-de-France (-9%).
 
 Le ralentissement d’activité, constaté l’an dernier en Ile-de-France, s’est confirmé au 1er trimestre 2008. Sur l’ensemble de la région le volume des ventes, pour l’ancien et le neuf, est passé de 44.228 transactions à 40.315, soit une baisse de 8,8% par rapport au 1er trimestre 2007.
 
C’est le secteur du logement ancien (près de 90% des ventes de logements en Ile-de-France) qui est à l’origine de cette baisse d’activité au premier trimestre 2008. Elle touche le marché des appartements, avec -6,3% en grande couronne, mais aussi celui des maisons individuelles, avec -10,8%. En grande couronne, le marché du neuf lui se porte bien concernant les appartements (+24,4%), à l’exception du Val d’Oise (-6,9%). En revanche, les chiffres de l’Insee montre une forte baisse du volume de vente des maisons neuves, -14,4%, accentuée en Val d’Oise avec -26%. Le secteur des terrains en revanche est le plus dynamique, en volume,  dans le département qui enregistre une augmentation de 13,2% de l’activité.
 
Baisse des prix
 
Ce ralentissement de l’activité immobilière s’accompagne d’un coup de frein sur les prix en Ile-de-France et même d’une baisse pour le Val d’Oise. Le département enregistre la chute la plus importante par rapport à ses voisins avec -1% au premier trimestre 2008 (contre +2,3% sur la même période en 2007).
 
Les données provisoires pour le mois d’avril montrent une stabilité globale des prix à une période où, traditionnellement, on observe une accélération saisonnière des prix. On assiste donc bien en apparence à une rupture d’évolution par rapport aux années antérieures, mais les indices disponibles correspondant aux ventes du mois d’avril ne permettent toujours pas aujourd’hui de parler d’une baisse franche des prix.
 

Adrien Hilpert