Samedi, les parents d’élève d’Ermont organisaient une manifestation contre la « mobilité forcée » des assistantes maternelles dès septembre 2008. Le maire a finalement annoncé le statu quo pour la rentrée prochaine. Le projet initial sera rediscuté en concertation avec les intéressés.
 
C’est une victoire pour les ATSEM (Agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles) d’Ermont. A l’issue de la manifestation de samedi et de la réunion qui a suivie lundi, le maire d’Ermont, Hughes Portelli, a reculé. Son projet de rendre mobile 50% de l’effectif d’ATSEM d’une école maternelle tous les trois ans ne sera pas appliqué dès septembre. Il n’abandonne pas cette idée pour autant. Parents d’élèves, enseignants et assistantes maternelles seront consultés dans le courant de l’année scolaire pour envisager sa mise en place en septembre 2009. En attendant, « chaque Atsem reste sur son école actuelle » annonce un communiqué.
 
 
Cette option de mobilité des ATSEM devait s’appliquer pour résoudre le problème d’une école d’Ermont en particulier. Finalement, ce conflit est réglé. « Les Atsem de l’école où il subsistait un problème relationnel sont déplacées à leur demande et remplacées par des Atsem volontaires qui vont de plus être titularisées » annonce Philippe Brunelière, parent d’élève.
 
Dans un communiqué, les parents d’élèves et les enseignants annoncent qu’ils vont « rester vigilants sur cette proposition de projet. »
 
Adrien Hilpert