Le groupe UVO (Union pour le Val d’Oise) conteste toujours l’annulation du projet de construction d’une Maison Environnementale à Sannois, (lire l’article) définitivement abandonné la semaine dernière par la commission permanente du conseil général. François Scellier a même interpellé le Préfet « sur le problème que semble poser cette délibération », réalisée « en catimini ».
 
L’ancienne majorité du Conseil Général ne digère visiblement pas l’abandon du projet de la Maison de l’Environnement prévue à Sannois, confirmé la semaine dernière. « Il est juridiquement évident qu’une décision prise à l’issue de deux délibérations de l’Assemblée plénière, ouverte au Public, ne saurait être remise en cause en catimini par la Commission permanente, dont les réunions ne sont pas publiques, et dont la compétence est strictement limitée à la mise en oeuvre de décisions de principe de l’Assemblée plénière » commente l’UVO dans un communiqué.
 
A l’issue de cette décision, François Scellier, président du groupe UVO au Conseil Général, a « alerté le Préfet, chargé du contrôle a posteriori de la légalité des décisions des collectivités territoriales, sur le problème que semble poser cette délibération. » Pour l’UVO pas de doute, cette décision relève de « l’acharnement » et reflète un « engagement partial ou partisan. »
 
Adrien Hilpert