Dans le cadre de la « réforme de l’Etat », les « petits » sous-préfets pourraient disparaître. Un arrêté de Michèle Alliot-Marie du 20 mai 2008, indique que les postes de sous-préfet de deuxième catégorie (115 sur 225) pourraient être confiés à des conseillers d’administration : des fonctionnaires n’appartenant pas au corps préfectoral, pas obligés de résider sur place et coûtant beaucoup moins cher (pas de voiture de fonction, de chauffeur, de personnel de service, etc.).

 L’arrêté qui a entraîné de nombreuses protestations dont celle de l’Association des petites villes de France, inquiète au premier chef l’Association du corps préfectoral et des hauts fonctionnaires du ministère de l’Intérieur. Lors de sa réunion le 15 octobre à la préfecture de la région Ile-de-France (photo), son président Daniel Canepa a rappelé qu’il y a quelque 1 200 sous-préfets, donc la moitié en poste. Parmi les pistes discutées avec la ministre de l’Intérieur, la perspective de fonctions dans l’Union européenne à l’issue d’une formation spécifique.