Ce mardi soir 21 octobre, le conseil municipal d’Eaubonne doit se prononcer sur un sujet qui défraie la chronique locale : la création d’une aide d’accueil des gens du voyage, de 15 places.
Ce projet est un véritable serpent de mer à Eaubonne où les riverains de plusieurs quartiers se sont successivement mobilisés pour refuser une telle aire, menaçant de saisir le tribunal administratif.

Eaubonne fait partie des 17 communes du Val-d’Oise qui ne se sont toujours pas mises en conformité avec le Schéma départemental, un  dispositif mêlant incitations et menaces de coercition pour mettre les maires des villes de plus de 5000 habitants en conformité avec la « loi Besson ».

Après plusieurs reports, le préfet a fixé au 30 novembre 2008 l’ultime délai.  Si Eaubonne et les 16 autres « communes fautives » n’on pas déposé de projet, elles pourraient perdre l’aide de l’Etat (actuellement, 70% du coût d’aménagement d’une aire). En outre, le préfet pourrait refuser le concours de la force publique pour expulser des nomades en situation irrégulière sur la commune ; enfin il pourrait d’autorité faire réaliser une aide d’accueil, et l’imputer sur le budget communal.

Le projet présenté ce soir au conseil municipal d’Eaubonne par le maire François Balageas (PS) est estimé à 670 000 euros. Il permettrait d’accueillir une cinquantaine de personnes pour une redevance de 90 euros par caravane et par mois.