En 2012, les services postaux seront entièrement privatisés. Pour se préparer à une concurrence totale, la Poste a commencé à remplacer ses bureaux traditionnels dans les villages par des « agences postales communales ». Par ailleurs, les effectifs sont revus à la baisse : 4000 agents du courrier en 2003 contre 2564 aujourd’hui. De même, le nombre d’agents au guichet a diminué de moitié, d’environ 2000 à seulement 967.

 Selon la « Loi postale » du 20 mai 2005, la poste s’engage à avoir un point d’accès à ses services à moins de 5 km ou à moins de 20 minutes en voiture de 90 % des foyers. Mais ce dispositif ne garantit pas la pérennité du service public, d’après les maires des petites communes, les représentants syndicaux du personnel et les usagers.

Selon Sébastien Velasco, délégué CGT-PTT 95, « avant, il y avait un bureau de poste dans chaque commune ou presque. Désormais il y a 32 centres de distribution de courrier et 56 bureaux seulement. » Neuf agences postales communales ont été créées depuis la « loi postale » à La Roche Guyon, Butry-sur-Oise, Valmondois, Villiers-Adam, Puiseux en France, Veimars, Ennery, Sannois (quartier Pasteur) et un "relais poste" à Courdimanche, hébergé au café tabac du village

Selon la direction de la Poste du Val-d’Oise, grâce au développement des agences postales communales, il y aurait aujourd’hui 143 « points de contact » avec le public, contre 138 voici quatre ans. Pour Erwan Huet, responsable départementale de la communication de la poste, « la présence postale dans le Val-d’Oise est supérieure à la moyenne nationale, et s’il faut ouvrir de nouveaux points de contact, on le fera. »

S’il est vrai qu’une agence postale communale remplace généralement un bureau de poste, les usagers se plaignent de plages horaires beaucoup plus réduites et d’un « service postal minimum ». La cause : le remplacement du personnel de la Poste par des employés communaux qui ont le plus souvent d’autres tâches. Pour Sébastien Velasco, « ce n’est pas au secrétaire de mairie d’effectuer la mission des postiers, qui, par ailleurs, ont un devoir de confidentialité. On dégrade le service public, avec des heures d’ouverture moins étendue et moins de services ».
Cependant, bien des maires de petites communes du Val-d’Oise se résignent à cette évolution, plutôt que de perdre définitivement leur « point de contact postal ». Ainsi à La Roche-Guyon, l’agence postale communale qui a remplacé le bureau de poste depuis un an et demi fonctionne un à la satisfaction du maire Christine Forge. Même situation à Valmondois où Noëlle Lenoir, maire, ancien ministre des Affaires européennes, regrette que l’agence ne soit ouverte que par demi-journée, et pas tous les jours, mais observe qu’il est possible de rencontrer sur place un conseiller financier, sur rendez-vous.

Le maintien du service postal en été constitue une autre pierre d’achoppement. Ainsi à Valmondois, en raison des derniers congés d’été de l’employé communal, l’agence postale a été fermée durant tout le mois d’août.