La maire de Courdimanche, Elvira Jaouën (PS) a annoncé qu’il n’était pas question de construire 800 logements haut de gamme sur le site de l’ancien parc d’attraction Mirapolis, devenu une friche industrielle de 110 hectares, depuis sa fermeture en 1992. Une réflexion sur l’avenir du site s’engage.

L’avenir de ce vaste terrain situé sur le plateau vexinois en limite de la commune de Puiseux, est le débat depuis plus de 15 ans. L’endroit est froid et venteux en raison d’un d’un microclimat qui a pour une bonne part contribuée à l’échec du parc d’attractions.

Le maire de Courdimanche envisage plutôt d’y développer une zone d’activité vouée au développement durable. Une période de réflexion et de concertation est engagée, qui devrait aboutir à des propositions conformes au Schéma d’urbanisme de la Communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise en 2014, à la fin du mandat municipal actuel.