Près de deux ans après son dépôt, le recours de la ville de Sannois concernant une compensation pour les nuisances liées au passage de l’A15 et de l’A115 sur son territoire est inscrit à l’audience du tribunal de Paris du 6 novembre.

 Le maire de Sannois, Yanick Paternotte réclame à l’Etat de prendre en charge la couverture progressive des autoroutes A15 et A115 dans leur traversée de Sannois. Le député du Val d’Oise espère ainsi « rétablir la liaison entre les différents quartiers de Sannois, y développer des circulations douces, des espaces verts et surtout réduire les nuisances sonores et la pollution de l’air » ce que ne permet pas les simples écrans antibruit.

« Hausse du trafic, atteinte à la santé des Sannoisiens et saturations des rues de la ville »

Pour argumenter sa démarche, Yanick Paternotte s’appuie sur plusieurs constats. En premier lieu, le maire de Sannois souligne que « sa ville supporte depuis plus de vingt ans, un effort disproportionné en faveur de l’intérêt général national ou régional du fait de l’impact sanitaire, environnemental, et urbanistique de la présence des autoroutes précitées sur son territoire, au regard de sa densité géographique et de sa superficie moyenne. »

Autre motif de la démarche de Yanick Paternotte : la hausse du trafic depuis le raccordement de l’A115 à la N 184. Selon lui cette augmentation s’accompagne « d’une aggravation de l’atteinte directe à la santé des Sannoisiens par les nuisances et pollutions subies , de la saturation des voies internes de circulation de Sannois avec une progression des risques d’accidents aux heures d’ouvertures des établissements scolaires, et d’entrave à l’intervention des services de secours et de sécurité. »

Le recours de Sannois sera donc examiné jeudi 6 novembre à Paris.

Adrien Hilpert